Imprimer

Tendence Francfort 2018

Écrit par Philippe MÉCHIN - INTERNATIONAL on 30 juillet 2018. Posted in Salons Europe

L’art de prendre des risques

Mais quelle mouche a donc piqué Messe Francfort pour organiser un salon en plein été ? Il est en effet permis de se le demander lorsque l’on connaît le calendrier des manifestations, foires et rendez-vous professionnels, lesquels, d’une manière générale connaissent une période de trêve à l’approche des beaux jours, tant il est vrai qu’à cette époque l’atmosphère générale est plutôt à la détente et à la préparation des vacances. Enfin pas pour tout le monde, car si le soleil brille au firmament, la planète business ne s’arrête pas pour autant de tourner, et le salon Tendence était là pour nous le rappeler.

Par Philippe Méchin

20180730 tendence-ouv

En effet, alors que l’agitation estivale s’apprête à battre son plein, il est d’ores et déjà plus que temps pour bien des corps de métier de penser à la saison hivernale, et surtout à la période de Noël, laquelle constitue le pic le plus extrême de l’activité dans le commerce des biens de consommation. Rater ce moment crucial équivaut en général à un manque à gagner qui peut avoir des conséquences redoutables, voire catastrophiques. Aussi est-il déjà grand temps de se préparer à faire face au grand rush de fin d’année alors que l’été ne fait que commencer. Tout ceci peut paraître hors de propos, voire totalement anachronique, mais c’est pourtant une réalité à laquelle bien des entreprises doivent faire face, dans un monde où la réactivité et l’anticipation sont les clés essentielles qui garantissent le succès de tout fabricant, importateur, grossiste, distributeur, détaillant. Il s’agit donc d’être d’ores et déjà prêt pour le grand rush de fin d’année, qui verra des millions de clients se ruer dans les magasins. Et ce qui veut dire être prêt, signifie pour les acheteurs de toute la planète, avoir constitué ou reconstitué ses stocks. Il s’agit également pour les fabricants de pouvoir écouler une marchandise adaptée à la typologie de marchés toujours plus mobiles, afin de répondre à une demande de consommateurs toujours plus exigeants, mais aussi toujours plus volatiles. Tout ceci n’est certes pas nouveau et rien ne laisse à penser que la situation va changer, bien au contraire. La versatilité des clients, quel que soit leur style de vie, leur niveau social, leur niveau de revenus, est de plus en plus forte. De plus ils ne cessent d’être sollicités par une spirale de nouveautés soutenues par une multitude d’innovations issues de l’imagination des industriels et fabricants de tous secteurs. Vient aussi se greffer le phénomène toujours plus prégnant des tendances, qui ne cessent d’évoluer en fonction de données comme l’esthétique, le design, mais aussi le respect de l’environnement, le développement durable, le recyclage.

Au fil des allées

Faire vite et bien
Tout ceci rend donc le monde toujours plus compliqué pour les entreprises, tant du côté des fournisseurs que du côté des acheteurs, avec en corollaire de profonds changements de comportement de part et d’autre tant dans la politique de l’offre que celle des achats. Il s’agit en effet de faire face à des phénomènes tendanciels toujours plus courts, voire extrêmement brutaux. En deux mots, il s’agit de faire vite et bien. Dans cet environnement, le monde des salons professionnels n’est pas épargné, tant s’en faut. En effet, le renouvellement des nouveautés ne fait que s’accélérer, et dans bien des univers de la grande consommation, l’annualité ne suffit plus. De plus, comme il est toujours plus difficile d’ajuster la quantité des achats à l’aune d’une année complète, bien des distributeurs et autres détaillants se trouvent à court de marchandise au moment le plus crucial de l’année. Il est donc temps pour eux de faire ses emplettes, à condition de pouvoir rencontrer les fournisseurs, disséminés ici et là sur la planète. Tout ceci est terriblement chronophage sans garantie absolue de résultat.

Seconde chance
C’est là que rentre en scène un rendez-vous qui prend ainsi toute sa dimension. Ce rendez-vous se nomme Tendence. Il propose à tous les acheteurs démunis, une seconde chance unique de renouveler leurs stocks, ou encore de les compléter en découvrant de visu les dernières nouveautés que les fournisseurs présentent à l’occasion. Ceux-ci ne se privent d’ailleurs pas de le faire en exposant leurs nouveautés et innovations destinées non seulement à la fin de l’année mais également à destination du semestre à venir, en attendant la grand-messe hivernale nommée Ambiente dont Tendence est la branche estivale, si l’on peut le dire ainsi. En effet, telle est la volonté des organisateurs aux commandes de la plus grande foire mondiale des biens de consommation qui accueille à guichets fermés plus de 4 500 exposants, au cœur de l’hiver. Fort de ce succès, Messe Francfort pourrait se laisser aller dans le confort douillet du succès extraordinaire de ce mastodonte. Mais c’est mal connaître les dirigeants des équipes aux commandes de l’événement. Ceux-ci sont en permanence à l’écoute des visiteurs et des entreprises qui exposent. Forts de cette connaissance unique de leur marché, ils cherchent constamment à l’améliorer, à le rendre plus efficace en termes de chiffre d’affaires, de rentabilité et de qualité des échanges commerciaux. Il ne faut en effet jamais oublier que nous sommes en Allemagne. Par conséquent, tous les salons et foires sont d’abord et avant tout des rendez-vous d’affaires. Dans cet environnement très spécifique, il s’agit pour les organisateurs d’être en permanence à l’écoute des visiteurs et exposants et de les accompagner dans leur demande. Telle est la justification de l’existence du salon Tendence, qui a pour objectif de se positionner comme un prolongement d’Ambiente. En effet, et comme nous l’avons vu plus haut, une seule plateforme de rendez-vous professionnels ne suffit désormais plus pour couvrir une année entière. C’est notamment vrai dans la décoration, sujet toujours plus vaste, qui intègre la demande de diverses enseignes de distribution, mais aussi de détaillants. Il s’agit pour les premières de compléter leur offre, voire de reconstituer des stocks qui peuvent être défaillants, ou encore de découvrir les dernières tendances du moment. C’est vrai aussi pour les détaillants qui n’ont pas les moyens de stocker de manière conséquente, et viennent s’approvisionner en fonction de leurs besoins pour les périodes à venir. C’est dire si aujourd’hui un tel événement est crucial à bien des égards.
Toutefois, ce n’est pas sans mal que Messe Francfort cherche depuis quelques années à imposer définitivement le concept de cette foire inscrite depuis des lustres dans le patrimoine génétique du groupe. En effet, les organisateurs ne manquent jamais de souligner que l’existence de Tendence remonte à la nuit des temps, ou presque, puisqu’il est né au moyen âge. Ils sont même très fiers de le faire savoir à l’envi. Cette année encore Detlef Braun, Directeur général de Messe Francfort, ne s’est pas privé de le clamer haut et fort dans son allocution, lors du diner réservé à la presse internationale. Ce n’était pas du tout pour faire un trait d’humour que ce message était lancé, mais pour démontrer, s’il en était encore besoin, que tous les rendez-vous signés Messe Francfort sont inscrits dans la durée, et que rien, ni les siècles, ni les ans, ne peuvent l’affecter tant les racines sont puissantes et solides.
Ce message de pérennité de fiabilité et de confiance, les fabricants et industriels l’ont fort bien compris depuis longtemps, quel que soit le secteur d’activité. Comme l’an passé, ils ont largement répondu présent puisqu’ils furent 960, venus de 50 pays, présenter leurs nouveautés et innovations. A côté de l’Allemagne, majoritaire, les pays les plus représentés venaient des Pays-Bas, de l’inévitable Chine, mais également du Danemark, du Vietnam, de l’Inde, de la Suède, de la Finlande, de la Pologne, de l’Autriche et de la Belgique. Tout ce petit monde a occupé la très respectable surface de 94 600 m2. A noter que le segment sourcing a volontairement été limité. Toujours est-il qu’au-delà du nombre c’est surtout la qualité et la cohérence de l’offre qui a frappé les observateurs de tous bords.

Le bienfait des beaux jours
Incontestablement, le salon Tendence dans sa configuration 2018 a été un très beau salon. La qualité de son offre tout à fait remarquable fut saluée unanimement. Celle-ci a été confortée par les efforts communs des organisateurs et surtout des exposants qui ont mis les petits plats dans les grands dans le domaine de la décoration et de l’aménagement des surfaces d’exposition. Le tout conjugué avec des produits de très belle facture a donné un rendez-vous de haute qualité. Cette identité propre n’en a pas fait un mini Ambiente, tant s’en faut, même si les organisateurs ne peuvent renier la filiation. Il n’en reste cependant pas moins vrai que nous étions loin de cette énorme machine unique au monde en son style, son offre, mais aussi son affluence. L’univers de Tendence est beaucoup plus feutré, plus qualitatif dans sa globalité que son grand frère qui joue sans complexe et avec le succès que l’on connaît, la carte des gros volumes. Néanmoins, et sans grande surprise au demeurant, les deux rendez-vous s’inscrivent dans un phénomène de complémentarité. Toutefois Tendence n’a pas manqué de cultiver sa différence et l’a prouvé avec des animations qui lui étaient propres et une offre bien particulière que son aîné ne peut lui contester en raison de sa saisonnalité. C’est ainsi que profitant du bienfait des beaux jours, les organisateurs ont créé un espace outdoor au sein du parc des expositions, situé en extérieur. Il se nommait simplement Outdoor Living et mettait en scène le mobilier de jardin, l’art d’y vivre avec les barbecues et autres planchas bien dans l’air du temps, mais également la décoration florale, souvent de façon très originale. Fort bien aménagé, il permettait de se relaxer au sein de ce carré de verdure situé entre les impressionnants bâtiments environnants, procurant ainsi, un doux moment de bien être au visiteur. Cependant que l’on ne s’y trompe pas. On y a fait des affaires, à l’ombre des parasols.
Ainsi, ce tableau pourrait paraître idyllique ; à tous points de vue. L’offre était superbe, l’organisation parfaite, le beau temps au rendez-vous, à un détail près, mais il est de taille.

Des habitudes à prendre
En effet, le tableau s’assombrit si l’on considère le nombre de visiteurs. Certes, il n’est pas catastrophique, mais il était notoirement insuffisant, eu égard à la qualité et la densité de l’offre. Il l’est très certainement pour les organisateurs habitués aux grosses machines, aux poids lourds. Certes, il est impossible de se hisser au niveau d’Ambiente. Chez Messe Francfort, chacun sait que jamais les chiffres du grand rendez-vous de février ne seront jamais égalés, ni même approchés, mais il y a fort à parier qu’ils espéraient mieux sans pourtant se bercer de grandes illusions. Néanmoins, le chiffre de 20 000 visiteurs sur 4 jours est un peu maigrelet. Certes rien n’était rendu simple pour cette édition 2018, avec la très encombrante présence de la coupe du monde de football, dont les matchs se déroulaient pendant la journée, aux horaires d’ouverture du salon, ce qui n’a rien arrangé. Il n’en reste pas moins vrai que les organisateurs ont encore beaucoup de travail pour installer définitivement le salon dans les têtes des acheteurs. Il faut dire qu’avant d’épouser finalement ces dates, le salon a un peu erré ces dernières années de date en date, avant de décider de choisir définitivement ce calendrier en 2017. Il faut bien admettre qu’il est déroutant au premier abord, et nous pensons que les visiteurs n’ont pas encore intégré l’idée d’un rendez-vous de ce type en été. Pourtant, au vu des impressions de ceux qui ont fait le pas, tous se déclarent très satisfaits tant au niveau de l’offre que de l’accueil et de la pertinence de ce timing. A notre avis, ce n’est donc pas l’idée même du salon qui est difficile à faire admettre aux acheteurs, c’est d’abord et avant tout un calendrier auquel il va falloir s’habituer et dont nous pensons que chacun finira par s’y faire. En tout cas, ce n’est pas dans les coutumes de la maison de lâcher l’affaire. Messe Francfort et ses foires ont traversé des turbulences d’une autre envergure, non pas à travers les années, mais à travers les siècles.
En conclusion, et pour ce qui nous concerne, nous croyons dur comme fer qu’il y a une vraie place à cette époque de l’année pour une plateforme de ce type, à destination des biens de consommation, dont on sait aujourd’hui que les tendances qui les traversent fluctuent à grande vitesse dans un mouvement qui ne fait que s’intensifier en raison de la versatilité des consommateurs. Dans cet environnement deux plateformes ne sont pas de trop. Il n’y a donc aucune raison que Tendence ne trouve sa place dans les années à venir. Et puis, il y a le savoir-faire Messe Francfort, en qui on peut avoir confiance pour faire évoluer les choses ? D’ailleurs, forts des enseignements de ces deux années passées, ils ont déjà mis eu point une nouvelle formule pour l’année prochaine. C’est donc rien de dire que l’on ne perd pas de temps. Ce n’est pas le genre de la maison.

20151123 dossier-enseignes1