20191021 esprit-meuble

20190624 eco-mobilier

Imprimer

Hong Kong Electronics Fair - Printemps 2019

Écrit par Philippe MÉCHIN - INTERNATIONAL on 29 mai 2019. Posted in Salons Asie

La vitrine d’un monde qui change

Quoi que l’on puisse penser de son évolution, Hong Kong reste incomparable à bien des égards. Si la cité du bout du monde traverse des moments délicats dans son processus de transformation liée à son rattachement à la Chine, elle n’en demeure pas moins toujours très puissante sur ses fondamentaux. Ce qui a fait sa force au cours des années passées d’indé­pendances, personne ne pourra jamais lui enlever. Ainsi la puissance et l’influence de ses salons et plateformes professionnelles, reste intacte, dans une zone Asie Pacifique la plus dynamique du globe, mais hautement concurrencée.

Par Philippe Méchin

 20190529 hk-electronics1

Nous avons pu le vérifier lors de notre visite sur l’édition de Printemps du célèbre rendez-vous dédié à l’électronique dans tous ses états, et force est de reconnaître que nous avons été fort impressionnés par sa puissance de feu. Que l’on s’y rende pour la première fois ou que l’on soit un habitué, venir à Hong Kong reste toujours un événement incomparable. Il est en effet quasi impossible de ne pas être fasciné par ce minuscule territoire, où règne une effervescence unique sur la planète. A peine descendus de l’avion, les voyageurs se trouvent transportés dans un monde où se mêlent au quotidien la technologie la plus avancée, le luxe, l’efficacité et un art de vivre empreint du respect des traditions les plus anciennes. Le tout dans un brouhaha permanent, une énergie débordante qui semble sans fin. Ce mélange détonnant nous fait cependant vite oublier nos repères d’occidentaux, tant cette intense activité nous saisit comme par enchantement, et très vite nous nous prenons au jeu de ce style de vie bouillonnant. Le visiteur qui découvre cette ville extraordinaire dans tous les sens du terme ne met en général guère longtemps à s’adapter au style de vie local, où la population ne cesse de s’agiter dans tous les sens, quelle que soit l’heure du jour et de la nuit. Hong Kong fait partie de ces villes qui ne dorment jamais, et rien n’est plus fabuleux que d’arpenter ses rues bruyantes, ses trottoirs bondés à la tombée de la nuit. Comme par magie, tel un spectacle son et lumière, tout s’allume et brille de mille feux. À cet effet, il ne faut manquer sous aucun prétexte, la traversée nocturne du bras de mer qui relie l’Ile au territoire ou inversement. On ne peut qu’être émerveillée par cette symphonie de lumières venues des immenses gratte-ciels qui se mettent à briller de mille feux, se reflétant sur les flots de la baie. Ce spectacle somptueux reste un choc visuel inoubliable que l’on admire depuis les antiques et si charmants Ferries, que la compagnie qui les exploite se garde bien de changer. Ils font partie intégrante de la culture locale au même titre que les fameux tramways à impériale, issus de la présence britannique sur le territoire. Ils cohabitent avec de puissants bus modernes et surtout fort bruyants. Eux aussi défient le temps, faisant à priori fi de la modernité, ce qui est faux bien entendu, tant Hong Kong est entré dans l’ère de l’intelligence artificielle, de la connectivité, de l’internet des objets, tous ces sujets qui vont envahir nos vies dans quelques années, nous allons y venir en détail. Finissons cependant notre rapide tour, en citant un autre immanquable. Il s’agit de la ballade au Victoria Peak. Un funiculaire à crémaillère vous mènera, dans une ascension si vertigineuse sur les sommets en longeant les buildings que ceux-ci vous laisseront l’impression qu’ils ont été construits de travers. Mais comment ne pas être émerveillé à l’arrivée par le panorama à couper le souffle ? Après tant d’émotions, il est temps de redescendre sur terre, pour se restaurer de la délicieuse cuisine locale dans un de ces milliers de petits restaurants souvent ouverts jusqu’au bout de la nuit. Enfin après avoir été boire un verre dans les bars on ne peut plus animés de Wanchai et de Lan Kwai Fon, il est temps pour le visiteur ivre de sensations, de couleurs, et aussi de fatigue de regagner sa chambre d’hôtel pour un repos bien mérité.

Renommée mondiale
Celui-ci l’est d’autant plus que ce même visiteur, venu des quatre coins de la planète, ne vient pas pour faire du tourisme, tant s’en faut. Il vient en général « goûter » une spécialité hongkongaise connue et reconnue dans le monde entier. Il s’agit des salons professionnels organisés à jet continu, dans de multiples secteurs par HKTDC un des maîtres mondiaux de la spécialité, avec un succès qui ne s’est jamais démenti, bien au contraire. Tout au long de l’année, les manifestations se succèdent sans discontinuer sans que celles-ci ne connaissent le moindre signe d’essoufflement. Certes il existe des années plus fastes pour tel ou tel secteur, mais rien ne vient altérer la pérennité de ces rendez-vous du bout du monde, tant il est vrai que les organisateurs connaissent leur partition sur le bout des doigts. Tout ceci prouve que ces plateformes ont fait et font toujours preuve de leur efficacité, et surtout que Hong Kong possède un pouvoir de séduction unique au monde, de par son environnement dont nous avons présenté quelques éléments dans une introduction qui peut paraître plus touristique que professionnelle. Pourtant il est impossible de gommer ce premier aspect tant il pèse dans le choix d’un déplacement impliquant de longues heures d’avion pour les acheteurs étrangers, notamment ceux venus des deux Amériques ou d’Europe occidentale. Il est évident que tous aiment venir à Hong Kong pour cette ambiance indéfinissable et qu’on le veuille ou non, cela compte. Fermons donc cette longue, mais nécessaire parenthèse pour nous recentrer sur ce succès sans cesse renouvelé des salons de Hong Kong, malgré un changement fondamental survenu en 1997. Il s’agit bien sûr du rattachement à la puissante Chine qui a fait craindre des changements profonds et suscité une inquiétude bien légitime au demeurant. Avec ces années de recul et hormis toute considération politique, on peut clairement affirmer que l’attrait des salons de Hong Kong reste intact. Il est même permis de penser qu’il ne fait que se renforcer. A ceci, une explication s’impose. La réponse se trouve dans le pragmatisme bien connu des chinois. Personne du côté de Pékin n’a eu l’idée saugrenue de se mêler d’une formule qui fonctionne à merveille. Mieux encore, des milliers d’entreprises venues de l’Empire du Milieu utilisent uniquement cette plateforme pour proposer aux acheteurs internationaux leurs nouveautés et innovations, aux acheteurs étrangers à qui la Chine fait peur, notamment en raison des barrières de langage, mais aussi des complexités administratives de tous ordres. Résultat, les rendez-vous professionnels organisés par HKTDC sont devenus progressivement de colossales plateformes de sourcing, quel que soit le secteur d’activité. Faut-il s’en féliciter ? Difficile à dire, mais toujours est-il que les entreprises chinoises bénéficient d’une formidable vitrine qui semble plus que convenir aux acheteurs de tous types, au vu des résultats en termes de nombre d’exposants. Quant aux organisateurs, ils ne cessent de voir le nombre de visiteurs affluer et celui d’exposants grossir à tel point que certains de ses plus gros rendez-vous sont dotés de deux sessions, le principe étant d’éviter autant que faire se peut, les listes d’attente. Tout le monde est donc content, et tout va pour le mieux entre la Chine et le petit territoire qui a cultivé longtemps sa différence dans tous les domaines. Les apparences sont sauves pour le business. Au quotidien, c’est une autre affaire à propos de laquelle nous nous garderons de porter un jugement qui n’a rien à faire ici.

Au service de la maison
C’est donc dans un contexte sans tensions apparentes ni psychodrame que s’est tenu le salon Electronics Fair & ICt Expo. D’ailleurs nous ne nous attendions à rien de spécial en ce domaine. Par contre nous étions impatients de voir si l’offre avait évolué depuis le temps que nous n’avions pas eu l’occasion de fréquenter ce rendez-vous. Au premier abord, rien de particulier ne nous a sauté aux yeux. La foule des grands jours est toujours présente. On se presse au cœur des allées, dans le calme cependant, du très feutré Convention& Exhibition Center. Cette impression de forte affluence nous sera confirmée, à l’issue du salon avec un chiffre assez vertigineux de plus de 100 000 acheteurs, venus de 153 pays, ce qui représente une progression de 3,6 % par rapport à la session de l’année précédente. Les visiteurs ont donc bien répondu présents et manifestement ils sont venus du monde entier. Dans le détail la partie Electronics Fair a été fréquentée par 67 000 visiteurs, tandis que l’offre ICT qui se tenait dans le parc des expositions près de l’aéroport en a accueilli environ 34 000. Mais au-delà des chiffres, c’est l’offre globale qui importait, et là nous avons constaté des changements d’importance. Si l’aspect global reste globalement similaire avec ces milliers de fournisseurs occupant des petites surfaces dans des allées à perte de vue, il n’en va pas de même avec les contenus. En effet, il un nombre tout à fait saisissant a proposé une multitude de solutions pour la maison depuis les systèmes de sécurité, de régulation de température permettant des économies d’énergie, sans oublier le pilotage à distance de tous les éléments de confort. Sur le fond le phénomène ne nous surprend guère, mais c’est la densité de cette offre qui nous a profondément étonnés. Décidément, les tendances de consommation ne cessent de s’internationaliser, et la maison dite intelligente est une tendance de fond qui ne fait que se répandre sur la planète. En poursuivant notre visite, nous avons pu constater l’omniprésence du high-tech dans tous nos objets du quotidien. Presque tous sont désormais équipés pour accueillir l’électronique de pointe, tous sont connectés, tous sont prêts à fonctionner avec les multiples possibilités qu’offre à terme l’intelligence artificielle. L’internet des objets dont tout le monde parlait sans savoir si cela existait réellement est désormais une réalité que nous avons touchée du doigt en visitant le salon. Bien évidemment, tout tourne autour de l’incontournable smartphone dont les applications infinies vont nous permettre de contrôler, commander, surveiller notre vie quotidienne. Faut-il s’en réjouir, faut-il s’en désoler ? Nous penchons plutôt pour la première hypothèse à l’aune de ce que nous avons vu et entendu. Il reste encore des aspects gadgets, mais tout porte à croire que nous allons vers l’utile, vers ce qui améliorera notre confort tout en nous permettant de ne pas gâcher nos ressources énergétiques. Mais, ce qui nous a quand même le plus impressionnés dans notre visite, ce sont les fantastiques possibilités qu’offre l’intelligence artificielle dans la gestion des villes, et tous les bâtiments publics, dans l’amélioration incroyable des services, du commerce en ligne, que le géant Ali Baba honorait de sa présence, dans la sécurité, mais aussi dans la surveillance des populations, sans oublier les transports et la fameuse conduite autonome qui n’est pas encore tout à fait au point, mais cela ne saurait tarder. La fameuse marque Tesla n’a pas manqué le rendez-vous, histoire de marquer son empreinte partout sur la planète. Toutes ces technologies d’avant-garde se sont exposées cette année sur un hall dédié, où la présence française a été fort remarquable et d’ailleurs remarquée via un pavillon qui accueillait une trentaine d’entreprises, dont certains très grands noms de l’industrie et des services. Cette offensive de la French Tech avait un petit air de CES de Las Vegas, le célébrissime rendez-vous américain de la spécialité. Mais n’était-ce pas un peu voulu ? L’avenir nous le dira. Toute cette débauche de technologie n’est toutefois pas sans menaces réelles sur certains emplois. Ainsi, les Chatbots, ces robots dotés d’une redoutable intelligence artificielle, capables de répondre à n’importe quelle question lorsqu’ils sont programmés pour un secteur d’activité, ne cessent de se multiplier. Ils intéressent particulièrement les plateformes d’appel avec toutes les conséquences que l’on peut redouter sur l’emploi. Mine de rien, tout en gardant sa philosophie de plateforme géante de sourcing, le salon Electronics Hong Kong est en train d’accomplir une mutation en profondeur vers les chemins de la haute technologie au service des produits du grand public. C’est flagrant pour l’habitat. Il explore et propose également toutes les possibilités qu’offrent les hautes technologies dans tous les domaines, et elles sont infinies. Tout laisse à penser que de belles et longues années attendent, le rendez-vous de Hong Kong.

20160613 rejoignez-nous

Créations

Likoolis, une alternative design

Likoolis, une alternative design

Quand le convertible se convertit

Camif.fr, l’extérieur en toute quiétude

Camif.fr, l’extérieur en toute quiétude

Du mobilier pour l’été

Missoni, un panorama de la nature

Missoni, un panorama de la nature

Invitation à la détente

Qingdao Jiaxian, apaisement et ergonomie

Qingdao Jiaxian, apaisement et ergonomie

Un oreiller en pur latex

Sunbrella® fait de la résistance !

Sunbrella® fait de la résistance !

La fabrique à rideaux

Maison Lecomte, sans outil ni soucis

Maison Lecomte, sans outil ni soucis

C’est dans la boîte !

Hopoli en « cyber expansion »

Hopoli en « cyber expansion »

La couette en pince désormais pour la housse

Tediber joue double face

Tediber joue double face

Un matelas réversible pour plus de confort

Nathalie Chaize la bien nommée

Nathalie Chaize la bien nommée

Une chaise comme une robe ?...

Le charme feutré d'Hülsta

Le charme feutré d'Hülsta

Naturel et caractère

La mode Indoor avec H&H et Coco

La mode Indoor avec H&H et Coco

Un peu de chaleur…

Marc Ange vous fait aimer les araignées

Marc Ange vous fait aimer les araignées

Le fauteuil multipieds...