Imprimer

IFFS Singapore 2018

Écrit par Philippe MÉCHIN - INTERNATIONAL on 8 juin 2018. Posted in Salons Asie

Vers un changement d’envergure

Singapour, la cité état brille de mille feux à bien des égards et le mérite tant celle-ci a vu son image changer en l’espace de quelques années. D’une place forte de la finance et des affaires, elle est devenue un des nouveaux pôles d’attraction du tourisme mondial. Il faut dire que les dirigeants au pouvoir ont tout fait pour que cette situation s’installe durablement en investissant fortement dans un secteur qui ne fait que croître, sous la poussée notamment des classes moyennes chinoises, qui découvrent les joies des voyages. Pourtant ses salons professionnels ont du mal à se hisser parmi les leaders de leur secteur à l’instar du rendez-vous IFFS dédié au meuble et à la décoration. Cependant, les organisateurs ont bien conscience du problème et un changement d’envergure se profile à l’horizon.

Par Philippe Méchin

20180608 iffs-ouv

Il est donc vrai que Singapour continue de séduire la planète. Cette cité état, puisque c’est comme cela qu’il faut la nommer, est devenue un des endroits les plus séduisants au monde en matière de loisirs, de détente, de Shopping, de bien-être, de luxe calme et volupté. Cette spectaculaire transformation s’est opérée en très peu de temps, rejoignant dans ce domaine des villes comme Dubaï, où se côtoient business et plaisirs, le cercle très fermé des endroits où il fait bon se détendre, quels que soient ses goûts, son âge, et même ses moyens. Singapour est riche, très riche même, mais il est désormais possible d’y séjourner sans se ruiner. Certes les grands hôtels les plus luxueux, les plus spectaculaires de la planète y sont présents en grand nombre, mais il existe désormais une offre destinée à tout un chacun ou presque à des prix très raisonnables en la matière. De plus la diversité incroyable en termes de gastronomie, permet de se restaurer délicieusement à des prix ultra compétitifs. A cet effet, nous ne pouvons que conseiller aux visiteurs d’essayer ces fameux foodcourts que l’on trouve partout, même au cœur des endroits les plus huppés de la ville. Ils pourront y goûter une nourriture grande qualité à des prix défiant toute concurrence dans un cadre toujours très confortable, et comme toujours à Singapour, d’une propreté extrême. A noter d’ailleurs qu’une de ces échoppes où l’on déguste une savoureuse cuisine locale pour quelques euros vient d’être récompensée d’une étoile au guide Michelin ! Le retentissement est devenu considérable, et les files d’attente se pressent désormais devant ce modeste établissement nommé Hawker Chan. Le succès est tellement énorme, que le propriétaire vient d’en ouvrir 3 à Taipei, mais aussi à Melbourne, tandis que d’autres sont en attente un peu partout dans la région. Nous ne sommes pas des critiques gastronomiques, mais nous avons tenu à évoquer cette aventure exceptionnelle, fort révélatrice. Elle prouve en effet, que tout est encore possible sur cette terre du bout du monde, où les habitants sont toujours partants pour de nouvelles aventures et expériences dans tous les domaines du bien-être, qu’il soit alimentaire ou autre. De plus, les autorités ne font que les cautionner, afin de démontrer l’extrême dynamisme de la place.

Arrêts au stands...

Il fait bon vivre à Singapour
Cet exemple, parmi tant d’autres, démontre que nous sommes désormais bien loin d’une capitale de la Finance, figée dans une ambiance guindée, réservée aux classes les plus aisées de la planète. Bien sûr, ce côté-là existe encore. Singapour est riche, très riche, mais il fait profiter la terre entière de sa prospérité, et fait tout pour que son image change. Bref, à mesure que ces transformations modifient la perception que l’on peut avoir de cette ville hors normes à bien des égards, son ambiance est à l’unisson. Il suffit de s’y promener la nuit, pour découvrir son énergie, ses animations, et ses aménagements toujours plus spectaculaires, à l’exemple de ces incroyables tours en forme de fleurs illuminées devenues des emblèmes de la ville, au même titre que le mythique hôtel Marina Bay Sands et sa piscine panoramique à débordements sur le toit de l’établissement qui compte plusieurs milliers de chambres, des casinos immenses, et un shopping center gigantesque. Comment également passer sous silence le nombre de parcs d’attractions et divertissements en tous genres, dont les plus emblématiques se nomment Disneyworld, ou encore les studios Universal, sans oublier l’extraordinaire aquarium géant ? Enfin pour couronner ce très grand pouvoir de séduction, il est un élément essentiel à ne jamais négliger. Il s’agit de l’aéroport, probablement le plus luxueux et le plus fascinant au monde, avec celui de Dubai. Tous les deux sont des hubs, donc des places de transit de grande envergure. Pour celui qui nous intéresse, il faut savoir qu’il est le point de transit de toutes les grandes destinations touristique de l’Asie du Sud Est, et l’Australie. Cette manne de voyageurs dont les effectifs en font qu’augmenter, les autorités font tout leur possible pour l’attirer, la séduire et la fidéliser. Ainsi un accord a été mis en place avec les grandes compagnies aériennes, afin de permettre aux passagers de profiter de deux jours d’escale, de visiter la ville, mais aussi de profiter de toutes les possibilités exceptionnelles qu’offre l’aéroport en termes de loisirs, et bien évidemment de Shopping. En tout cas la formule fait plus que recette puisque cette gigantesque plateforme aérienne ne fait que se développer, avec la construction d’un nouveau terminal ultra moderne qui vint de s’ajouter aux trois déjà existants. Bref il fait bon vivre à Singapour, très bon vivre même.

Mystère
Si nous avons insisté un peu longuement dans ce préambule, c’est qu’il y a un, mais, qui concerne un secteur d’activité bien spécifique. En effet, avec un tableau aussi idyllique, tout laisse à penser que Singapour est un paradis, ou du moins un endroit idéal pour les salons professionnels. Tout s’y prête théoriquement ; que ce soit dans le domaine de l’accès aérien, de l’accueil et des infrastructures hôtelières, de la sécurité, des accès aux moyens les plus modernes en matière de télécommunication. Nous sommes même persuadés que Singapour s’est hissé au niveau de Hong Kong, lieu de référence absolue dans la région. Pourtant, et c’est bien là le mystère, la sauce prend difficilement. Singapour continue de véhiculer une image de ville hyper luxe, très chère, trop même pour beaucoup. Pourtant et pour l’avoir maintes fois expérimenté, il est clair que l’une n’est pas plus chère que l’autre, notamment dans le domaine hôtelier. Reste aussi le problème de la distance, et d’un certain isolement. Même si cette perception tend à se dissiper, ceci n’est pas totalement faux. L’avantage de Hong Kong réside dans sa proximité extrême avec la Chine, et ceci d’autant plus que le territoire est désormais aux mains de l’Empire du Milieu qui fait plus que jamais la pluie et le beau temps dans tous les secteurs de l’économie.
Est-ce donc pour cela seulement que le salon International Furniture Fair, connaît depuis quel­ques années un déclin certain ? Nous ne le pensons pas. Certes, la très puissante Chine est de plus en plus incontournable, mais il n’en demeure pas moins vrai que la région a besoin de plateformes représentatives de leur savoir-faire dans le secteur du meuble et de la décoration ou elle excelle. Celles-ci existent, mais depuis quelques années elles se livrent à une concurrence plus ou moins avouée qui brouille leur image. Le problème a été porté à son paroxysme cette année, avec l’organisation de deux rendez-vous, en l’occurrence ceux de Kuala Lumpur et de Singapour, aux mêmes dates au jour près. Malgré la proximité géographique des deux plateformes, les visiteurs n’ont pas le don d’ubiquité. Ils ont donc bien été obligés de procéder à un arbitrage souvent en défaveur de Singapour, et pour des raisons toujours liées à l’image du salon, sachant en plus que les fabricants locaux y sont peu nombreux en raison de l’espace territorial.
Tout ceci est bien dommage, car l’offre IFFS/AFS (acronyme d’Asean Furniture Show) combinée avec celle proposée simultanément avec celle de Nook Asia si elle ne fut pas la plus étoffée avec quelque 374 exposants venus de 26 pays et régions présenter leurs nouveautés et innovations à 19 196 visiteurs professionnels issus de 89 pays est en tous points remarquable. Sur le plan qualitatif elle ratisse large en intégrant le meuble meublant, la literie et ses accessoires, le mobilier outdoor, le mobilier et l’équipement pour la cuisine, les canapés, la tapisserie les composants, l’éclairage, et surtout une partie importante dédiée à la décoration intérieure. Nous pensons même que les organisateurs proposent ce qui se fait de mieux dans la région en termes qualitatifs tant sur le plan de la fabrication que de l’esthétique ou encore de la mise en scène des produits. Chaque nouveauté ou presque dans la quasi-totalité de l’offre est d’une manière générale intégrée dans un environnement ou prime un aménagement et une décoration des stands très valorisante. Tant et si bien que l’impression première est plus que favorable. Et puis, il y a les animations que l’on ne trouve nulle part ailleurs, comme celle dédiée à la réalité augmentée, qui constituait une première. Singapour est bien connue pour ses performances dans le domaine des hautes technologies dans le quotidien de ses habitants. Aussi est-ce sans surprise que 13 entreprises locales se sont livrées à des démonstrations dans l’univers du virtuel. Les visiteurs ont pu également expérimenter les performances de la 4D interactive, avec leur smartphone en scannant les logos des marques participant à cette expérience inédite. La réalité virtuelle autre pôle d’expression de la haute technologie leur a permis également de se familiariser avec ce nouvel outil. L’autre attraction de cette session 2018, se nommait Italian New Renaissance. Ce n’était en théorie rien d’autre qu’un pavillon national, mais celui-ci n’était vraiment pas comme les autres. Il propulsait les visiteurs dans l’art à l’italienne avec tout ce qu’il possède de plus extravagant, de baroque, mais aussi de bon goût, de beauté, de suprême élégance. Un pavillon de la sorte, force est bien d’avouer que nous n’en avons pas rencontré beaucoup de si étonnants, dans son aménagement et dans la typologie des produits présentés. A propos de pavillons, ils se sont comptés au nombre de 15, dont celui de la France, grâce notamment à l’initiative du salon Made In France, mais aussi celle de Gautier toujours aussi dynamique sur les marchés export. Etaient représentés avec ces pavillons, outre notre beau pays, mais aussi le Japon, le Portugal la Turquie, la Belgique, la Chine, Hong Kong, l’Inde, l’Indonésie ; l’Italie, les Philippines, Taiwan, la Thaïlande, le Vietnam, sans oublier non plus Singapour, bien évidemment. Enfin et comme toujours le design fût très largement à l’honneur, et fort bien mis en valeur non seulement en termes de présentation, mais aussi de produits. Les créateurs ont une fois de plus, fait très fort, et montré une imagination remarquable.

Le taureau par les cornes
Aussi est-il sincèrement permis de se demander ce qui empêche ce salon d’atteindre la notoriété qu’il devrait avoir. Certes et comme nous avons tenu à le faire remarquer la destination est lointaine et traîne derrière elle, une réputation pas vraiment justifiée de cherté. Elle a pourtant de sacrés atouts à faire valoir comme nous avons également essayé de le démontrer dans ce long préambule. Les organisateurs sont bien conscients de ne pas se trouver au niveau où ils devraient être. Certes ils ont leur part de responsabilité en étant trop peu à l’écoute des médias, quels qu’ils soient, dans un monde de communication à outrance. Cependant il semble que le temps de l’enfermement dans les certitudes est révolu. Les équipes aux commandes ont pris les choses en main ou plutôt le taureau par les cornes en agissant sur le point peut être le plus sensible, à savoir l’environnement immédiat. Il faut bien reconnaître que le parc des expositions de la ville ne correspond pas à l’image que l’on se fait d’un salon plutôt haut de gamme. Le site est trop loin du centre, dans une zone qui ressemble à une zone d’activités, sans âme. Sachant que pour l’instant, il n’est plus question de capitaliser sur le volume, mais avant tout sur la qualité, les organisateurs ont décidé de déplacer le salon sur le plus bel écrin, le plus emblématique, à savoir le Marina Bay Sands qui possède des locaux destinés à accueillir foires et expositions. A notre avis cette décision est la bonne, à la condition expresse de le faire savoir, la communication globale à destination de l’international, étant encore un des points faibles des organisateurs.
Quoi qu’il en soit, une époque vient de s‘achever avec cette session 2018. Une ère nouvelle s’annonce, et nous sommes impatients d’en être les témoins. Nous pensons très sincèrement et plus que jamais que Singapour mérite des salons professionnels au niveau de sa réputation d’excellence, et ceci d’autant plus qu’il s’agit d’un secteur, celui du meuble et de la décoration, plus que valorisant. Sans oublier non plus les animations signées Singaplural qui un peu partout dans la ville, pendant une semaine, font découvrir les charmes et beautés du design, de la décoration, pour le plus grand plaisir des habitants et touristes. Tout est donc réuni pour que cette prochaine édition du salon IFFS soit celui du renouveau, mais aussi une fête.