Imprimer

Meuble Milano 2016

Écrit par Laurent FENEAU on 8 septembre 2016. Posted in Salons 2016

20160826 partagerLa Bella Vita !

Avec quelque 1 382 exposants, le salon du meuble de Milan s’impose une fois de plus comme la vitrine internationale et incontournable de toutes les tendances en matière d’ameublement. Une offre d’autant plus dynamique qu’elle est tirée par les nouvelles technologies et l’utilisation de nouveaux matériaux…

20160908 milano-ouv

Avec 1 382 exposants répartis sur plus de 150 000 mètres carrés du parc d’exposition de la Foire de Milan à Rho, le Salone del Mobile de Milano confirme une fois de plus son statut d’événement international référent sur le secteur de l’habitat et plus particulièrement sur celui de l’ameublement. Ce ne sont en effet pas moins de 300 000 visiteurs provenant de 160 pays qui se sont retrouvés à Milan du 12 au 17 avril dernier pour apprécier la qualité d’une offre pointue, mais également représentative de tous les secteurs du meuble : classique, moderne et contemporain. Les chiffres 2016 sont largement à la hauteur de cette 55e édition. « Nous avons un taux de fréquentation semblable à celui de 2015 qui était déjà une excellente année pour le salon », confirme ainsi Roberto Snaidero, Président du Salon du meuble de Milan. Bref, 2016 marque une nouvelle étape pour la manifestation, d’autant que la plupart des observateurs s’accordent pour reconnaître qu’une légère reprise économique se faut jour sur le marché européen du meuble. Pour les entreprises italiennes d’ameublement, par exemple, l’année 2015 se termine par un chiffre d’affaires de 24 924 milliards d’euros, soit une hausse de 3,4 % par rapport à 2014. Cette croissance bénéficie — pour la première fois en 7 ans ! — d’un léger frémissement sur le marché intérieur (+ 1 %) et d’une consolidation sur les marchés internationaux (+ 6,1 %).

20160908 milano-renaultObjectif France !

2016 est une très bonne édition pour le salon du meuble de Milan avec une fréquentation largement à la hausse. C’est une bonne nouvelle, car nous avons un grand nombre de nouveautés à présenter sur la manifestation. De nouveaux produits pour lesquels nous faisons souvent appel à des coloris inédits et à des matériaux innovants. Notre chaise Bahia, par exemple, est proposée avec une coque en Restylon® déclinée sur pas moins de 7 couleurs. Parallèlement, nous continuons à travailler sur des concepts bi-matières dans la lignée de notre fameux siège Igloo qui sur la base d’un piètement bois, propose une déclinaison sur le textile et le cuir.

Ces innovations seront bientôt disponibles en France où nous poursuivons notre développement avec 13 nouveaux partenaires distributeurs qui ont rejoint notre réseau, notamment à Lyon où nous bénéficions désormais d’une très belle implantation. Nous sommes également présents depuis quelques jours à Brest et au Mans. Nous allons poursuivre sur le même rythme en 2016, année pour laquelle nous misons sur 17 nouvelles ouvertures. Nous avons ainsi des projets à Saint-Brieuc, à Mulhouse et continuons à travailler pour trouver de nouveaux partenaires distributeurs dans le Sud Est. Nous sommes donc sur une bonne dynamique qui nous permet de miser sur une progression de 15 % sur la France pour l’année en cours.

Une fréquentation en hausse

Rien d’étonnant donc à ce que le dynamisme soit au rendez-vous du côté des exposants italiens. « C’est une très bonne édition avec une fréquentation largement à la hausse et des visiteurs étrangers toujours plus présents, ceci pouvant expliquer cela », constate ainsi Dino Viel, Responsable du marché français chez Natuzzi. Côté exposants français, la satisfaction est également au rendez-vous. « L’événement est incontestablement de plus en plus fréquenté avec des acheteurs venant réellement des quatre coins de la planète, c’est donc l’endroit idéal pour établir de nouveaux contacts », confirme pour sa part David Soulard, Directeur général C.E.O. de Gautier. Bref, l’ensemble des exposants confirment à nouveau l’attrait international de l‘événement. Force est ainsi de constater que le salon de Milan constitue plus que jamais une vitrine ouverte sur le monde. Cette lisibilité est d’ailleurs plébiscitée par les exposants eux-mêmes. « Le salon de Milan est avant tout une formidable vitrine et un événement prestigieux sur lequel il faut être présent, d’autant que l’on note cette année une progression du nombre de visiteurs dès la première journée avec notamment des acheteurs français plus présents », reconnaît Guillaume Renaut, Directeur France, Belgique et Luxembourg Calligaris. Au final, si le visitorat est chaque année davantage multiple, la manifestation milanaise suit la tendance et évolue fort logiquement en conséquence à la faveur d’une offre toujours plus diversifiée mixant à la fois origines, cultures et styles.

Mix stylistique & mix matériaux

Ce mix est d’autant plus riche que de prestigieux créateurs signent et présentent sur Milan de nouvelles pièces particulièrement originales, notamment sur le segment des chaises et sièges. C’est entre autres le cas de Konstantin Grcic, assurément l’un des designers les plus talentueux de notre époque, qui propose sa chaise Remo avec coque en plastique pour Plank. Les nouveaux matériaux constituent une fois encore le secteur privilégié de la recherche sur cette famille de produits. Ainsi, chez Magis, le polypropylène — chargé de fibre de verre — se teinte des valeurs ironiques de Jaimé Hayón qui, en citant officiellement le modernisme catalan, fait avec sa chaise Mila un clin d’œil à la bande dessinée. Calligaris opte lui aussi pour le polypropylène pour sa nouvelle chaise Bahia. Du moins pour la coque de la pièce, proposée en sept couleurs au choix. Le piètement reste par contre en bois, inscrivant cette nouvelle gamme dans une tendance bi-matières.
Au final, plus que le dessin de chaque pièce, c’est la matière et l’ambiance globale qui comptent. Cette attitude nouvelle brouille ainsi les règles qui facilitaient autrefois la reconnaissance des productions formellement «d’avant-garde» – parfois à tort définies comme «design» – par rapport à une offre plus élargie. Les exemples de ce mix stylistique sont nombreux. D’autant qu’après plusieurs années difficiles, marquées par une certaine frilosité en termes de création, il semblerait que designers, éditeurs et industriels aient repris goût aux formes et lignes originales, aux volumes inédits et au détail qui fait la différence. Car le design pour le design, même exalté, ne suffit plus, et 2016 se caractérise plus par une attention minutieuse portée au détail. Reflets d’une plus grande considération de l’utilisateur final, ces détails typologiques se manifestent entre autres par une certaine tendance à dépasser la structure traditionnelle des meubles rembourrés. Pour son nouveau sofa Joli dessiné par le designer Bernard Masson, Innova opte certes pour une enveloppe plein cuir, mais dispose d’ingénieux soufflets en micro fibre aux accoudoirs. Même démarche chez Kartell où les formes essentielles du fauteuil Piuma de Piero Lissoni cachent un moulage à injection inédit et révolutionnaire, pratiqué sur un polymère thermo plastique chargé de fibres de carbone.

Par Laurent Feneau

pdf iconTélécharger cet article dans son intégralité au format pdf.

20151123 dossier-enseignes1