20190711 interiorlyfestyle

20190614 bruxelles

20190624 eco-mobilier

Imprimer

Salon Deco Expo Shenzhen 2013

on 22 octobre 2013. Posted in Salons 2013

Qui l’eût cru ?

Voici trois ans, un tout petit salon prenait son envol, au cœur du parc des expositions de Shenzhen dont le thème se nommait décoration. Avouons-le franchement, nous ne croyions guère au succès de cette manifestation, tant le bébé paraissait fragile, et surtout sans avenir. Force est de reconnaître qu’à l’issue de cette édition 2013, nous nous sommes trompés dans notre jugement.
shenzhen
decoexpoNous n’étions pourtant pas les seuls à prédire un sombre destin à un salon dont le sujet ne constituait pas la préoccupation essentielle des consommateurs de l’Empire du Milieu auquel celui-ci s’adressait. Nous étions en plein boom immobilier, et le but suprême de tout citoyen chinois était d’accéder à la propriété. Les observateurs et experts de tout poil criaient au loup en annonçant une bulle spéculative qui allait provoquer une crise pire que celle des subprimes et emporter l’économie mondiale, rien que ça ! Il faut dire que les autorités gouvernementales avaient fait très fort en matière d’autorisation d’accès à la propriété, en laissant filer le taux des crédits immobiliers à des niveaux historiquement bas, ce dont les acheteurs ont largement profité, provoquant une envolée des prix, qui paraissait incontrôlable. C’est donc avec inquiétude que les marchés financiers observaient, impuissants, le phénomène sans pouvoir intervenir. Mais c’est mal connaître le gouvernement chinois que de l’imaginer laisser filer une telle situation potentiellement cataclysmique. Celui-ci est intervenu en prenant des mesures énergiques pour empêcher la catastrophe, en limitant notamment le nombre d’acquisitions de logements par foyers, et en resserrant les taux d’intérêt des crédits. Il ne faut jamais oublier que la Chine n’est pas un pays capitaliste libéral pur jus.

Arrêts aux stands

Ses dirigeants pratiquent avant tout un libre échangisme économique contrôlé, selon un système de plan, héritage du communisme, doctrine toujours en vigueur. Et comme l’équipe gouvernementale n’a rien à craindre pour son avenir à moyen terme, puisqu’elle n’est pas soumise aux affres du suffrage universel. Elle a donc les mains libres et le temps pour corriger le tir lorsque des excès mettent son économie en danger. Tel est son avantage par rapport aux démocraties occidentales dont les gouvernants sont empêtrés dans des promesses électoralistes qu’ils sont incapables de tenir une fois arrivés au pouvoir, provoquant par là même une perte de confiance qui engendre des crises majeures. A ce titre, Messieurs Hollande et Obama représentent la parfaite illustration de ces dérives démagogiques qui se retournent contre eux et mettent en péril les grands équilibres de leurs pays et leur crédibilité dans un monde de compétition intense où les relations se tendent toujours un peu plus.

packmanLe fruit d’un travail avec nos adhérents

Mobilium : Quelle belle surprise que l’offre sur ce salon devenue très qualitative !
Bill Packman : C’est un sujet que nous avons beaucoup travaillé, avec l’aide de nos 900 adhérents. Cette année est une année charnière. Il était hors de question de rester dans l’à-peu-près en matière d’offre. N’oubliez pas que nous ne sommes pas organisateurs de salons à proprement parler, et notre vocation n’est pas de vendre du mètre carré à tout prix. Nous avons porté nos efforts sur des concepts de qualité, avec pour objectif de permettre à nos exposants de proposer de vrais produits de décoration, positionnés en haut de gamme.

Mobilium : Le Marché chinois est-il prêt pour ce genre de produits ?
Bill Packman : Beaucoup plus que vous ne l’imaginez. Sachez que la population de Shenzhen est constituée d’un grand nombre de cadres qui sont imprégnés de culture occidentale. Beaucoup ont fait des études en Europe ou aux États unis, beaucoup travaillent pour des entreprises étrangères, ou encore sont en contact permanent avec elles. Shenzhen est une ville d’affaires internationale, et les goûts en matière de décoration sont à l’unisson. C’est pour cela que nous avons créé, il y a à peine deux mois, SZFA International à destination uniquement de ces entreprises étrangères du domaine du meuble et de la décoration qui souhaitent s’implanter sur le marché chinois dans les meil­leures conditions et surtout en connaître et comprendre les règles. Nous avons déjà, à ce jour, enregistré une quinzaine d’adhérents, mais nous n’en resterons pas là. Sans tout dévoiler, sachez que nous sommes en contacts avancés avec l’Association britannique du Meuble, qui compte 250 adhérents. Vous avez également noté que nous avons un espace réservé aux exposants internationaux, ou nous comptons bien accueillir les fabricants français dans le futur.

Mobilium : Est-ce à dire que vous tendez à devenir un Maison & Objet sur le territoire chinois ?
Bill Packman : Pourquoi pas ? Même si un Maison & Objet va s’ouvrir à Singapour, nous sommes convaincus qu’il y a une place pour ce type de salon, directement sur le territoire chinois, et que Shenzhen reste la plateforme idéale pour ce genre de produits. N’oubliez pas que nous sommes, en plus, dans la province la plus riche du pays et la plus peuplée avec environ 150 millions d’habitants. C’est dire tout le potentiel local rompu aux critères occidentaux en matière de décoration. Et d’ailleurs pour tout vous dire, c’est tout le pays que nous visons, grâce à notre association SZFA qui dépasse le cadre d’un simple organisateur de salons, et qui par là même, offre des garanties et des services personnalisés aux exposants nationaux et internationaux.



Frénésie

Voilà donc pour le décor dans lequel évolue la population chinoise. Un décor où tout mouvement est donc contrôlé, surtout dans le domaine de la consommation, où le fabuleux marché intérieur constitue plus que jamais un eldorado, sur lequel les autorités ont jeté leur dévolu, en compensation d’une baisse toute relative des exportations. Si la fièvre immobilière est retombée, dans un calme relatif, il n’en va pas de même pour tous les secteurs manufacturiers. La frénésie d’achat dont nos amis chinois sont atteints ne se calme pas. Elle va même en s’amplifiant. Rien ne semble freiner l’enthousiasme d’un peuple, qui a tant manqué de cette liberté de consommer à sa guise. Si l’automobile a été l’objet de tous les désirs, les intentions et actes d’achats se portent maintenant sur des secteurs dont personne n’aurait imaginé le succès. A titre d’exemple, il faut savoir que le marché du petfood et soins pour animaux explose dans les grandes villes. Les soi-disant mangeurs de chiens ont bien changé, et ce qui fut leur « repas » de fête est maintenant l’objet des attentions les plus extravagantes. Dans ce contexte, de nouveaux marchés inattendus décollent de façon spectaculaire. Tel semble être le cas de celui de la décoration, si l’on se réfère à ce que nous avons pu découvrir à Shenzhen sur le très jeune salon Deco Expo. De famélique et terriblement vieillotte, sans parler de la qualité, l’offre est devenue attrayante, branchée, moderne, sans renier les traditions et l’histoire du pays. En tout cas le mélange des cultures a donné cette touche d’originalité qui fait que Deco Expo ne ressemble à ce jour à aucun autre salon dédié à la décoration sur la planète. C’est ce qui lui confère un charme et une personnalité hors du commun. Mieux que partout ailleurs le visiteur peut admirer la rencontre entre deux mondes à la fois si éloignés en termes de goût et de styles de vie et si proches dans les choix esthétiques. Toujours est-il que l’alchimie est fort réussie, et nous ne pouvons qu’enjoindre le visiteur occidental à visiter un salon où il pourra trouver des produits de toute nature, dont la qualité n’a plus rien à envier à ceux que l’on trouve en occident.

roletLe marché local est notre objectif

Nous sommes une entreprise de design créée il y a quatre ans, installée en Chine. Nous faisons un peu d’édition pour le marché chinois, mais l’essentiel de notre activité reste le design. Nous sommes présents sur ce salon, suite à une proposition de la SZFA que j’ai acceptée bien volontiers, sous la pression enthousiaste de mon jeune staff. Etant donné que nous nous trouvons à un tournant de notre activité qui va nous pousser à nous ouvrir encore plus sur le marché local, ma présence sur Deco Expo s’en trouve pleinement justifiée. Celle-ci nous a permis d’avoir eu des contacts avec des décorateurs, architectes d’intérieurs, prescripteurs et dans une moindre mesure des magasins. Comme nous avons l’avantage de pouvoir proposer des meubles sur mesure, nous allons très probablement réaliser quelques aménagements de villas ou appartements-témoins via des créations originales hors dimension.



Des opportunités

Cette montée en puissance de la décoration dans les foyers chinois offre bien des opportunités aux fabricants occidentaux. Car n’oublions pas que même si un consommateur Chinois n’oublie jamais ses racines, tout ce qui est estampillé Europe possède un pouvoir d’attraction incomparable. Ces classes moyennes aisées souhaitent acquérir en priorité des produits conçus, créés et fabriqués sur notre vieux continent. Et dans le domaine de la décoration, la France constitue toujours une référence absolue. Il n’était qu’à remarquer le nombre d’exposants locaux qui utilisaient les mots de notre vocabulaire pour nommer leurs produits, et la quantité impressionnante d’objets qui faisaient directement appel à notre patrimoine historique, culturel ou artistique, preuve manifeste que notre pays possède plus que jamais un extraordinaire pouvoir de fascination que nos industriels hexagonaux du secteur se devraient de mettre à profit. Il est évident que bien des entreprises qui présentent leurs nouveautés et innovations sur Maison et Objet, ont largement leur place sur un salon tel que Deco Expo. Cet engouement pour la décoration branchée à l’Occidentale s’explique pour des raisons bien précises.

dos nuExplications

Tout d’abord ce salon se déroule dans la mégapole de Shenzhen qui ne cesse de croître. Cette ville et sa banlieue, si l’on peut parler de banlieue tant elle est tentaculaire, ne comptait que 30 000 habitants dans les années 70, lorsqu’elle fût choisie par le premier ministre Deng Xiao Ping comme rampe de lancement de l’essor industriel Chinois. Ne possédant donc aucun patrimoine culturel ou historique, elle a connu au fil des ans une marche en avant, qui l’a transformée en carrefour des entreprises de haute technologie et en centre financier puisqu’elle possède sa propre bourse calquée sur le modèle du Nasdaq américain. De plus sa proximité avec Hong Kong, située à 45 minutes en train, n’a fait qu’accentuer son pouvoir d’attractivité. Enfin, Shenzhen a attiré les cerveaux et cadres de haut niveau venus de tout le pays, et à mesure que la ville poursuit son développement, le phénomène est plus que jamais d’actualité. La population est donc une population jeune, de haut rang éducationnel, à hauts revenus. Dans cet environnement délibérément moderniste, les comportements de consommation sont très similaires à ceux que l’on trouve dans toutes les grandes capitales occidentales capitales, ou du moins, servent-ils de référence. Il n’est qu’à se promener dans cette ville sans charme, pour s’apercevoir que les habitants passent la plupart de leurs loisirs soit chez eux, histoire de se ressourcer face à la compétition intense qui y règne, soit dans les im­menses shopping malls qui fleurissent partout et où les grandes marques internationales constituent la quasi-totalité des magasins. Dans cet environnement, si particulier, que l’on ne retrouve nulle part dans le pays, même pas à Shanghai, le loisir numéro un reste l’acte d’achat, avec comme repère référentiel, tout ce qui vient d’abord des pays dits industrialisés. Ces consommateurs ne diffèrent donc guère dans leurs goûts et leurs choix des consommateurs occidentaux. Aussi est-ce pour cela que l’offre proposée sur Deco Expo séduit les acheteurs rompus à cet environnement dans le domaine de la décoration. Et comme Shenzhen est une ville récente et en pleine croissance, le phénomène se développe à vitesse grand V. Nous avons pu le constater de visu, puisqu’en 3 ans l’offre de Déco expo est sortie du quasi-néant vers une offre moderne, typée occidentale, et surtout européenne.

Soutiens

Seulement, tout ceci ne s’est pas réalisé par l’opération du Saint-Esprit. Le salon est piloté de main de maître par l’association SZFA qui préside entre autres aux destinées du salon du meuble SIFE qui se déroule avec le succès que l’on connaît, en mars. Cette association n’a pas uniquement pour mission d’organiser des salons. Sa palette d’activités est aussi large que variée : Soutien aux fabricants du meuble et de la décoration, séminaires de formation du personnel du secteur, ateliers de tests produits, etc. Mais ce qui constitue son atout maître réside dans la mise en place de toute une organisation destinée aux entreprises étrangères désireuses de s’implanter dans le pays, via une assistance, des conseils, des rencontres de toutes sortes. A cet effet, des collaborateurs venus majoritairement des pays anglo-saxons ont été nommés à des postes clés afin de faciliter encore plus les rencontres entre deux civilisations, deux méthodes de pensée, deux approches du commerce. Et pour mieux conforter sa position dans ce domaine, l’association a créé SZFA International destiné à 100 % à l’assistance aux fabricants étrangers, via des prestations spécifiques notamment dans l’approche marketing, et toute une gamme de services, à commencer par un espace réservé aux exposants internationaux sur les salons « maison », espace qui a également servi de point de rendez-vous VIP. C’est donc toute une organisation qui s’est mise en place, au fil de ces courtes années, et si le salon Deco Expo a connu une ascension fulgurante, LE SZFA  y a plus que largement contribué, et pas seulement sur le plan organisationnel. Son implantation dans les milieux influents du monde des affaires dans la région est également déterminante. Qui aurait pu imaginer qu’en trois petites années, le salon connaîtrait une ascension si fulgurante et pas seulement en termes de visiteurs, ce qui n’étonne plus personne dans ce pays assoiffé de consommation. C’est surtout, l’offre et sa qualité qui s’est hissée à la vitesse de l’éclair au niveau des standards européens. De plus dans cet environnement très occidentalisé, nous ne pouvons-nous empêcher de penser que non seulement bien des fabricants tricolores y ont leur place, mais que cette plateforme peut constituer un vrai tremplin pour un grand salon de décoration sur le territoire chinois, mais ceci est une autre histoire. En tout cas, qui eut cru que Deco Expo trouverait sa place si rapidement ? Décidément, ce formidable pays nous étonnera toujours par son dynamisme inaltérable.

Philippe Méchin

20190515 magniflex-logo1
Dans le cadre de son expansion,
MAGNIFLEX fabricant n°1 de literie en Italie

RECRUTE

AGENTS COMMERCIAUX MULTICARTES
pour la France, les DOM-TOM,
la Belgique, le Luxembourg
et la Suisse.


Contact :
yoann.gerinte@magniflex.fr

06 51 53 09 29

20160613 rejoignez-nous