20200220-miff

20200220-new-mob

Imprimer

Guangzhou International Lighting Exhibition

on 10 septembre 2012. Posted in Salons 2012

Sources & ressources

logo guangzhoulightLa Led est en passe de devenir le symbole de la découverte technologique de ce 21e siècle débutant. Son efficacité est absolue, ses déclinaisons infinies. Comme elle concerne un besoin vital de tous les habitants de la planète, à savoir nos sources d’éclairage il ne faut donc pas s’étonner qu’elle suscite tant de convoitises de la part des fabricants impliqués dans ce secteur qui ressemble bien à un nouvel Eldorado. Et lorsqu’il s’agit de partir à la conquête de nouveaux territoires industriels, nos amis chinois ne sont pas les derniers.

interieur salon

Lucie WongMobilium : En quelques mots, l’historique du salon ?
Lucia Wong : Le salon est né en 1996, mais la collaboration avec Messe Francfort remonte seulement à l’année 2004, dans le cadre de son développement sur le marché chinois. A cette époque le salon n’était qu’un salon dédié à l’éclairage. Ce n’est que lorsque nous sommes arrivés que nous y avons adjoint la partie électricité du bâtiment. A cette époque notre taille était modeste puisque nous n’occupions que 5 halls et 15 000 m2. Vous avez pu constater de visu que ces temps nous paraissent bien lointains…

Mobilium : En effet, de 5 à 21 halls, la transition est saisissante…
Lucia Wong : En effet, notre progression est très spectaculaire et s’explique par deux phénomènes. Tout d’abord le marché a connu et continue de connaître une progression fulgurante. D’autre part Messe Francfort a fourni de très gros efforts dans les domaines de l’organisation, de la promotion, du développement international. C’est la conjugaison de ces deux éléments qui a contribué au succès du salon.

Mobilium : 21 halls c’est énorme. Avez-vous encore des objectifs d’expansion ?
Lucia Wong : Notre but n’est pas de grandir pour grandir. Notre objectif est maintenant d’adapter notre offre globale aux nouvelles technologies. Nous travaillons donc de façon étroite avec les fabricants impliqués dans le secteur de la Led afin que les produits qu’ils exposent soient compris par les acheteurs. Ce secteur est encore complexe. Enfin nous concentrons nos efforts vers les problématiques environnementales, toujours bien sûr en collaboration avec les acteurs du métier.


 

 

Ambiance...

Ils l’ont prouvé il y a quelques semaines avec le Gile, acronyme de Guangzhou International Lighting Exhibition, qui n’est ni plus ni moins que le plus important rendez-vous des métiers de l’éclairage de la zone Asie Pacifique et accessoirement le plus grand du monde en termes de nombre d’exposants puisque 2 914 entreprises ont fait le déplacement. Ce résultat le place en tête de tous les salons dédiés à l’éclairage signés Messe Frankfurt. Car c’est bien le grand organisateur allemand qui est aux manettes de ce géant, en collaboration comme toujours avec les principales organisations professionnelles du pays. Aussi et comme toujours, nous avons retrouvé le style “maison” et les grandes options stratégiques que nous avions vécues quelques semaines auparavant lors du salon Light and Building. Ces choix stratégiques, qui portent principalement sur la mise en avant de la technologie Led et la performance énergétique du bâtiment, prouvent en tout cas leur bien-fondé, puisque ceux-ci sont parfaitement adaptés à tous les pays, tous les continents. Comment en effet la Chine, grand pays le plus vorace en termes de consommation, pouvait-elle ne pas être concernée ? Toujours est-il que tous les acteurs impliqués dans cette industrie hautement stratégique ont bien pris la mesure des enjeux qui se dressent face à l’humanité pour les années à venir. C’est donc un salon hautement “éco-responsable” que les associations professionnelles chinoises en partenariat avec les équipes de Messe Francfort ont mis en place, et comment ne pas être admiratif du dynamisme de ce secteur.

 

Ils n’étaient guère nombreux nos compatriotes à exposer sur le salon. Nous en avons rencontré deux à qui nous avons donné la parole :

richardKUGO
« Richard », Directeur de fabrication


Notre entreprise existe depuis 6 ans. Nous fabriquons tout ce qui concerne l’éclairage à Led, depuis le petit produit destiné au particulier jusqu’à l’éclairage public. Nous n’avons pas de cible définie. Nous travaillons avec beaucoup de professionnels et possédons 3 magasins et devrions en avoir 5 en 2013. Ils sont ouverts à tous, avec un tarif en fonction du type de clientèle. Nous avons créé à cet effet 3 marques. Sumled, Loumi Led et enfin Kugo sur laquelle nous portons nos efforts technologiques. Ma présence ici m’a permis de rencontrer le monde entier. C’est absolument unique.



BOURJOTCHROMATEQ
Vianney Bourjot, Créateur et dirigeant


Chromateq est une jeune société née en 2010 spécialisée dans les logiciels de contrôle professionnels type restaurants, night-clubs, spectacles, monuments. Dotés d’une petite électronique, ils constituent notre savoir-faire principal. Notre objectif est de proposer des produits destinés aux particuliers. A ce jour nous avons doublé notre chiffre d’affaires et travaillons avec de nombreux pays. Nos logiciels sont simples d’utilisation et accessibles à tous. Je ne peux que conseiller à tous de venir exposer ici. C’est un salon ou les visiteurs se déplacent avant tout pour acheter. Il n’a pas d’équivalent au monde.


 


21 halls d’exposition !

Un dynamisme qui se traduit par la loi du nombre puisque les entreprises qui ont proposé leurs nouveautés ont occupé la bagatelle de 21 halls d’exposition ! Certes nous sommes dans le pays le plus peuplé au monde, mais il est clair aussi que nos amis chinois ont pris la mesure des enjeux, et mis en marche une machine de guerre qui est prête à s’exprimer sur tous les terrains du secteur depuis la lumière source, les composants, l’éclairage décoratif et les systèmes d’optimisation de la performance énergétique du bâtiment. L’offre se déclinait en catégories clairement identifiées afin de permettre au visiteur de ne pas perdre son temps lors de sa visite sur le site d’exposition de Pazhou, un des plus grands au monde. Cette facilité de visite était manifestement signée Messe Francfort. Nous y avons retrouvé la même efficacité que sur le site de la ville organisatrice, le même savoir-faire, pour le plus grand bonheur des 110 406 visiteurs qui ont fait le déplacement. Ceci explique aussi pourquoi la fréquentation a connu une hausse de 10 % par rapport à l’édition 2011. Certes, nous sommes encore loin des résultats affichés lors de Light and Building Francfort, et ses quelque 196 000 visiteurs. Mais n’oublions pas que Le Gile sous sa forme actuelle est encore jeune, et qu’a contrario de son grand frère germanique qui est biennal, celui-ci se déroule tous les ans. En tout  cas, l’avenir s’annonce sous les meilleurs auspices. Mais au-delà des chiffres bruts, ce qui frappe c’est l’explosion de la présence de fabricants et industriels impliqués dans la Led puisqu’ils se sont comptés au chiffre impressionnant de 1 900 ! Ils illustrent mieux que tout discours la place accordée à cette technologie. D’ailleurs, et afin de permettre aux visiteurs de les repérer immédiatement, ils avaient été classés et regroupés par familles et il fallait vraiment être aveugle ou très inattentif pour ne pas s’apercevoir qu’ils occupaient l’avant-scène du salon qui d’ailleurs ne se cache pas dans ses options comme l’explique très clairement Richard Li, Directeur général adjoint de Messe Francfort Chine : « Si cette année nous battons tous nos records que ce soit en termes d’exposants et de visiteurs, c’est avant tout parce que nous sommes devenus l’événement numéro un sur la zone Asie pacifique et un des rendez-vous mondiaux destinés à faire mieux comprendre l’intérêt de la Led en accompagnant les acheteurs et industriels dans leurs démarches et rencontres. C’est pour cela notamment que nous avons multiplié les conférences et séminaires. Nous savons que face à ce fabuleux marché dont les enjeux sont non seulement financiers, mais également écologiques, il reste encore beaucoup à faire. Toujours est-il que notre démarche est la bonne puisque ce ne sont pas seulement les acteurs du marché national qui ont fait le déplacement, mais aussi les étrangers ».

Des étrangers attirés par la lumière

C’est une banalité que d’affirmer que les salons chinois managés par les grands organisateurs allemands sont devenus incontournables, quel que soit le secteur, mais c’est pourtant plus que jamais une réalité. Les chiffres du Gile sont à cet égard éloquents. Ce sont en effet 111 pays qui ont envoyé un ou plusieurs de leurs représentants sur l’événement ! Bien évidemment, il faut y voir la patte Messe Francfort pour qui l’internationalisation de ces évènements est une priorité. Ce chiffre exceptionnel de 111 pays regroupe à peu près l’intégralité des nations de toute la planète. Ils prouvent que l’offre proposée est l’objet de toutes les curiosités et démontrent également l’énorme potentiel de ce marché de la technologie Led. D’ailleurs les grandes marques internationales n’ont pas manqué d’y exposer massivement via des stands gigantesques. Le japonais Toshiba en pointe dans la Led y a présenté ses nouveautés et innovations. Panasonic l’autre grande marque nipponne était également de la partie. GE Lighting, Osram Philips, tous les grands acteurs du marché à dimension mondiale ont montré leur savoir-faire dans cette industrie en pleine révolution. Les autres grands noms, moins célèbres, mais très puissants sur la zone Asie Pacifique étaient taiwanais, comme Delta, Lextar, Everlight, coréens comme Seoul semi conductor et bien sûr chinois et se nommaient Tsinghua, Nationstar ou encore Hongli. Si leur notoriété est surtout locale, ils n’affichent pas moins de solides ambitions à l’export. Toujours est-il que tous n’ont pas manqué de justifier leur présence à l’instar de Jacob Trost, Directeur de la zone Asie Chez Philips Lumiled : « La technologie Led évolue à une vitesse folle. Il est donc absolument indispensable d’être présent sur ce salon tous les ans. Nous avons deux grands stands et ceux-ci ne désemplissent pas. Le discours est similaire chez Toshiba, comme l’explique Yoshino Kodama, Directeur des ventes et Marketing manager international : C’est la troisième fois que nous exposons ici. Nous présentons non seulement nos nouveautés, mais aussi assurons la promotion de notre marque sur ce marché qui s’annonce très concurrentiel ».

La Led à l’aide de la déco

Au-delà de ses performances en termes d’économie, de performances énergétiques du bâtiment, de respect de l’environnement, la Led est devenue un élément à part entière de décoration de l’habitat. Nous avions déjà constaté la montée en puissance de ce phénomène lors de notre visite sur le salon Light and Building. Il se confirme partout et le Gile ne fait pas exception à cette nouvelle tendance. Même si les goûts locaux ne sont pas les goûts européens, les intérieurs changent de physionomie grâce à cette source qui transforme l’éclairage en toutes sortes d’éléments décoratifs. Les pièces prennent des teintes inconnues, les lumières s’invitent dans les endroits les plus étonnants, et tout ceci n’est qu’un début. Nos amis chinois rivalisent d’imagination et sont tout aussi capables de proposer des produits d’éclairage à l’occidentale, ou d’autres, dans la plus pure tradition. Mais le plus étonnant c’est lorsque les designers et créateurs laissent s’exprimer leur imagination. Nous sommes allés de surprise en surprise, le plus souvent pour notre plus grand plaisir.
Faudra-t-il un jour débaptiser le GILE et y introduire le Mot Led ? On pourrait le penser tant les organisateurs ont clairement affiché la couleur et décidé d’accompagner le développement de cette source d’éclairage qui va révolutionner notre planète pour les années à venir. Les grands noms sont déjà en ordre de bataille et occupent le terrain sur tous les salons mondiaux. Quant à l’armada chinoise, elle voit grossir ses rangs à mesure que le marché explose. Les forces en présence n’ont pas fini de s’affronter sur les grands salons du secteur, pour le plus grand bonheur de Messe Francfort qui en possède les plus beaux fleurons. Nous l’avons encore constaté de visu à Guangzhou.

Philippe Méchin