Imprimer

Tête et pieds relevables 2014

on 29 juillet 2014. Posted in Dossiers spéciaux

Un nouveau souffle

Manque d’innovations des fournisseurs et dynamisme en berne des distributeurs, le marché des TPR connaît une baisse de régime depuis quelques années. Mais las de la relaxation ambiante, les professionnels de la literie semblent aujourd’hui déterminés à reprendre en main le destin du sommier relevable et à redorer son image. L’heure est à la qualité avec une montée en gamme par l’esthétisme et la technologie.

20140729 dossier-tpr-ouv


Maison de la Literie - Onea
Sommier Relaxation Evolution Vision Déco.


En l’absence de chiffres de distribution, le marché français de la literie de relaxation, dit aussi tête et pied relevables, ne bénéficie aujourd’hui d’aucun curseur fiable pour en évaluer tout à la fois le chiffre d’affaires généré et le volume des ventes. Au mieux les spécialistes du secteur dont Patrick Réguillon, Directeur général Technilat, évoquent une estimation en valeur de 83 millions d’euros, calculée sur un marché total de 1,3 milliard d’euros. Selon Gérard Delautre, Président de l’Association Pour la Literie, sur les 2,5 millions de sommiers fabriqués en 2013, environ 5 % étaient liés à la relaxation, ce qui induit 120 000 modèles. A titre comparatif, le segment de la literie de relaxation représentait 9 % du volume en 2009. Un marché en détresse ? La tendance est certes encore à la baisse en 2013, avec une perte en valeur de - 11 % par rapport à 2012, mais le marché semble reprendre son souffle en 2014 avec des signes de volonté et dynamisme.

Les 10 Glorieuses

Pour l’heure, tous s’accordent à dire que le marché des TPR a beaucoup évolué depuis les années 2000 et que nous assistons à un renversement de situation à l’heure des premiers renouvellements. « Je suis arrivé dans la literie en 2001 et à cette époque-là, la relaxation était vue comme la télé couleur au moment des écrans noir et blanc. Les fabricants voyaient le TPR comme la literie de demain, pensant que la montée en gamme se ferait principalement par la relaxation, explique Hugues Tarall, Directeur marketing André Renault. Mais le marché s’est transformé et des literies haut de gamme, voire premium, sont arrivées. Sur le segment premium, la relaxation doit désormais rivaliser avec des literies fixes proposant également un grand confort. Cette concurrence nous oblige sans cesse à innover tant sur la technique que sur l’esthétisme ». Jean-Michel Spiesser, Directeur général de France Literie, se remémore les débuts du TPR. « Nous sommes face à un marché qui a beaucoup évolué. Il y a une vingtaine d’années, la grande mode était aux TPR, ils étaient synonymes de modernité. Les litiers se sont positionnés dans cette niche qui alliait technicité et look novateur. Il y a eu beaucoup de très belles ventes ». Geoffrey Thiriez, Dirigeant de Thiriez Literie, confirme le phénomène : « Entre 1995 et 2005, il y a eu un véritable boom des ventes, nous étions dans un marché d’équipement. Tout comme chacun voulait son réfrigérateur américain ou son téléviseur écran plat, le TPR était plébiscité ». Mais en 2005 le marché a commencé à s’essouffler pour chuter en 2009, touchant tous les quartiles de prix de façon linéaire. Après dix années au beau fixe, bon nombre d’acteurs, fabricants et distributeurs, ont alors abandonné le segment.

pdf iconTélécharger cet article dans son intégralité au format pdf.

20151123 dossier-enseignes1