Imprimer

Avant-première Esprit meuble 2019

Écrit par Deborah KOSLOWSKI on 12 mars 2019. Posted in Salons France

Le salon se réinvente

Courant février, les organisateurs d’Esprit Meuble ont dévoilé les grandes lignes de ce que sera la 8e édition du rendez-vous annuel de la profession. Le lieu de la rencontre demeure inchangé : elle se tiendra du 6 au 10 décembre prochain, au sein du Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles. Elle promet, néanmoins, d’être en rupture avec ce qui a été fait jusqu’alors, puisqu’une partie de la manifestation sera ouverte aux consommateurs finaux.

Par Deborah Koslowski

20190312 esprit

En 2019, Esprit Meuble fait peau neuve et s’offre un nouveau concept ! C’est, en tout cas, ce qu’ont présenté Gaëtan Ménard, Alain Liault, et Christophe Cousin, respectivement le Président et le Vice-président de l’événement, ainsi que le Dirigeant de l’agence Win-Win, au lendemain de la Saint-Valentin. Mais, pourquoi si tôt ? La réponse est simple : les nouveautés annoncées sont nombreuses, et il faut leur laisser le temps de convaincre les industriels, afin que ces derniers se rassemblent en nombre - leaders compris - pour faire vivre l’événement. Au programme, notamment, mise en abîme du rendez-vous avec la création d’un salon au sein du salon, ouverture au grand public au travers d’une thématique forte et fédératrice, puis renforcement de l’internationalisation d’Esprit Meuble.
Ces changements ne sortent pas de n’importe où. En réalité, il s’agirait même d’améliorations « initiées avant Esprit Meuble 2018 », a fait savoir Gaëtan Ménard. Cependant, c’est à la suite de la 7e édition d’Esprit Meuble, mitigée, qu’ils seront mis en place. Pour rappel, cette dernière avait été marquée, entre autres, par  la défection de quelques acteurs majeurs de la literie du côté des exposants (qui a engendré un lâchage de la part de la distribution, malgré la présence de 40 nouveaux industriels), et par une légère baisse de la fréquentation (- 7 %) à cause, notamment, du mouvement des Gilets Jaunes, qui a frappé la Capitale en fin d’année. Mais rien qui n’aurait, pour autant, porté préjudice au business, puisque le trafic était - selon l’organisation - qualifié (70 % de décisionnaires présents vs près de 67 % en 2017). Par ailleurs, les nouveautés - à l’instar du Grand Apéro (qui a réuni 2 500 professionnels et reviendra le lundi 9 décembre au soir pour faire autant sinon mieux), et de la division du salon en deux pôles avec leurs espaces-bars tenus en partenariat avec l’APL, Eco Mobilier, l’Ameublement Français, et la Fnaem - ont été bien perçues. Si bien que 95 % du visitorat sondé a fait savoir son intention de réitérer sa présence pour 2019 ! « Le salon doit évoluer dans ses formats et répondre aux marques qui ont des attentes différentes », a, néanmoins, déclaré le Président d’Esprit Meuble, après analyse des données et échanges avec les professionnels, présents comme absents.

Thématique forte et re-sectorisation
Si tout se déroule comme prévu, les visiteurs découvriront, en fin d’année, comment les organisateurs ont prévu de faire revenir les leaders - « le salon de la profession ne devant pas se dérouler sans eux » - et d’apporter encore plus de contenu à leur événement. Cela passera, de prime abord, par le choix d’un thème aussi crucial - mais plus fédérateur - que « Désirable et Durable », ciment de la 7e édition : « Confort et Bien-être ». Un angle qui a pour but ultime de « remettre le consommateur au cœur d’Esprit Meuble » puisqu’il s’agit d’une « quête permanente » pour celui-ci, ainsi qu’un véritable « filtre de l’acte d’achat ». Pour « 2 Français sur 3, l’aménagement est prépondérant à leur bien-être », a même avancé Gaëtan Ménard, justifiant ainsi la volonté de traiter ce sujet sur l’ensemble du salon, au travers de la présentation des innovations des fabricants, de conférences, d’animations, et d’espaces dédiés. « Le consommateur, devenu « consommacteur », est de plus en plus informé. Aussi, il est nécessaire de lui fournir un discours de spécialistes, audible et crédible. C’est un enjeu de profession », a-t-il expliqué. C’est la raison pour laquelle la sectorisation de la rencontre annuelle a, entièrement, été revue. En 2018, déjà, le salon avait subi une restructuration (au travers du regroupement des acteurs du « meuble meublant » sur hall 7.1, et de l’attribution du 7.2 à la profession de la literie/para-literie). Il se découpera encore différemment en 2019. L’idée : offrir aux négociants tout ce qu’il faut pour leur permettre d’optimiser leur visite, ainsi qu’une vraie vitrine aux exposants. Ces derniers, réunis par famille de produits, seront, en effet, mieux mis en valeur sur le salon et pourront proposer une offre aussi riche que pointue. Et de fait, Esprit Meuble - qui reste le nom générique de la manifestation - ne sera plus divisé en deux, mais en trois segments : Esprit Déco (offre en décorations, tapis et luminaires, sur la moitié du hall 7.2), Esprit Meuble (offre en meubles et sièges, au hall 7.1), et Esprit Sommeil (offre en literie, sommeil et relaxation, avec présence d’un « Village France » devant promouvoir le savoir-faire local, sur l’autre moitié du hall 7.2). Une dernière zone rendue un peu particulière dû au fait qu’elle devra accueillir aussi bien les faiseurs incontournables, les jeunes et nouveaux arrivants, les marques issues de la sleep tech, que… le grand public (à des heures bien spécifiques).

Place au grand public
« Il est impératif, aujourd’hui, que le consommateur ait accès à toute l’intelligence, à tout le savoir-faire dont nous disposons », a rappelé Gaëtan Ménard. Un client auprès duquel les marques cherchent à gagner en visibilité. Et cela, l’organisation l’a bien entendu. C’est pourquoi, en plus d’accueillir presse grand public et blogueurs/influenceurs, elle va faire évoluer son format, en réaménageant - notamment - son planning afin de recevoir le grand public. En tout, 10 000 visiteurs non-professionnels (en plus des 10 000 visiteurs pros) sont attendus, uniquement sur le segment Esprit Sommeil (un système de filtrage sera mis en place). Ils devront s’acquitter d’un ticket d’entrée de 10 euros (gratuit pour les moins de 18 ans) pour pouvoir entrer sur l’événement. Les portes, quant à elles, leur seront ouvertes dès le vendredi 6, à 14 heures, samedi toute la journée, et dimanche, à partir de 14 heures, pour ne laisser la matinée qu’aux pros. Une première journée qui devra, par ailleurs, se clôturer, au son des 12 coups de minuit, la Nuit du Sommeil achevée. Au programme de celle-ci, conférences, expériences inédites, initiations au yoga, et jeu concours… le tout, autour de la thématique centrale « Confort et Bien-être ».
Si le planning a été rééquilibré pour faire un peu de place au grand public, il l’a aussi été pour l’ensemble de la profession. Ainsi, cette dernière aura accès à la totalité du salon, sur les 5 jours que doit durer l’événement. Cependant, la manifestation commencera - pour elle - vendredi à la mi-journée, et s’achèvera, le mardi, en début d’après-midi… conformément à ce qu’ont réclamé de nombreux industriels.

La Belgique à l’honneur
« Il faut aussi, de façon impérative, que nous accélérions sur la question de l’international sur Esprit Meuble. C’est une demande de nos exposants », a pointé du doigt le Président de la manifestation. En 2018, 20 % du visitorat venait de l’étranger. En tête, la Belgique (37 %), l’Espagne (26 %), et l’Italie (18 %). « L’investissement salon est un investissement important pour nos industriels, et ils attendent d’avoir un retour d’investissement, non seulement sur le marché français, mais aussi sur les marchés internationaux », a-t-il ajouté. Ainsi, la priorité sera donnée à la francophonie (37 pays concernés, et près de 500 millions de consommateurs dans le monde). Chaque année, pour une raison de partage de « langue et culture qui sont favorables au commerce », l’une des nations de cette zone économique sera, donc, mise à l’honneur. Pour la première, c’est la Belgique qui a été choisie. Aussi, l’organisation a pour ambition « d’accueillir et mettre en valeur les meilleurs distributeurs belges ». Elle a par ailleurs affirmé qu’il n’y avait là « aucune confrontation possible avec le salon de Bruxelles », arguant qu’il ne s’agissait que d’un « objectif de bon sens : l’argent investi sur le salon sera l’argent qui générera le plus de chiffre d’affaires pour les exposants ».

20190515 magniflex-logo1
Dans le cadre de son expansion,
MAGNIFLEX fabricant n°1 de literie en Italie

RECRUTE

AGENTS COMMERCIAUX MULTICARTES
pour la France, les DOM-TOM,
la Belgique, le Luxembourg
et la Suisse.


Contact :
yoann.gerinte@magniflex.fr

06 51 53 09 29

20160613 rejoignez-nous