Imprimer

Les 134 bougies de la CSA

Écrit par ADMINISTRATOR on 30 juillet 2018. Posted in Fabricants 2018

La comm’ vecteur de reconnaissance

La Chambre Syndicale de l’Ameublement a fêté son 134e anniversaire lors d’une soirée parisienne. Ce fut l’occasion pour les adhérents de se réunir et d’échanger sur leur métier. Un métier que Philippe Louviot, Président de la CSA veut faire évoluer et connaître du grand public grâce à des campagnes de communication efficaces et novatrices.

Par Jean-Claude Djian

20180730 csa-ouv

Philippe Louviot, Alain et Michelle Mansuy et Jean Arcy.


6 Questions à Philippe Louviot

Mobilium : La Chambre Syndicale de l’Ameublement fête son 134e anniversaire. Depuis la profession a beaucoup évolué. Comment la définiriez-vous aujourd’hui ?
Philippe Louviot : Quand le syndicat s’est créé en 1884, dans le métier il n’y avait pas de réels négociants. C’était les artisans fabricants qui vendaient leurs meubles. Avec le temps la profession s’est transformée. Quand j’ai repris la CSA il y a trois ans, les adhérents étaient majoritairement des négociants. Aujourd’hui parmi les 2 500 adhérents que compte le syndicat, il y a aussi bien des fabricants qui conçoivent des produits que des négociants qui les vendent. On ne fait aucune sectorisation, car ce sont tous des professionnels du meuble. A la différence de la Fnaem qui rassemble des grands groupes et qui délaissent les spécialistes qui n’ont pas le droit au chapitre, nous à la CSA, nous voulons faire la promotion de l’ameublement et des entreprises indépendantes.

Un syndicat vecteur de croissance
Mobilium : Quelle est la spécificité des membres de la Chambre Syndicale de l’Ameublement ?
Philippe Louviot : Nos adhérents sont avant tout des spécialistes indépendants. Ils viennent aussi bien du meuble, de la cuisine, de la salle de bain que de la literie. Ce sont des professionnels qui s’impliquent en termes de produits et de services. Ils ont une véritable connaissance du marché et de son évolution. J’ai eu la chance de choisir l’ensemble des 18 partenaires. Un partenaire par famille de produits. Ce faisant on a redynamisé le marché. Certains de nos adhérents sont membres d’une autre fédération de l’ameublement. C’est leur choix et nous n’allons pas les dissuader de le faire. Beaucoup ont adhéré, car ils ont bien compris que nous étions là pour les aider à développer leur croissance. Nous travaillons pour les spécialistes et les indépendants innovants. C’est pour eux que nous avons demandé au concepteur des sites de LVMH, Gucci et Longines de créer notre site internet Changez de Meubles qui recense nos marques partenaires et les points de vente du réseau. Il est bien référencé, très performant et attire 50 000 visites par mois. Grâce au site, Roset a pu tripler le nombre de participants à son concours. Son but est de générer du trafic dans les magasins et ainsi, de développer le chiffre d’affaires des fabricants.

Ouvrir le réseau aux constructeurs de maisons individuelles
Mobilium : Mis à part le site internet, quels autres services proposez-vous à vos adhérents ?
Philippe Louviot : Notre rôle est d’aider nos adhérents dans leur quotidien. Cette aide passe bien sûr par des conseils juridiques et d’experts comme cela se faisait avant que je n’arrive à la présidence de la chambre syndicale. J’ai été dans le business de la franchise et je sais que cette aide passe aussi et surtout par la communication. Il est nécessaire que le spécialiste puisse se faire connaître du grand public pour développer ses ventes et son chiffre d’affaires. La formation fait aussi partie des outils que nous voulons proposer à nos adhérents. Notre façon d’aborder le syndicalisme est aux antipodes de la tradition. Nous n’avons aucune volonté de puissance et de pouvoir. La survivance des métiers de l’ameublement passe par leur reconnaissance. Notre but est la défense de la profession en négociant d’une part avec les instances nationales dans les ministères et d’autre part en en faisant la promotion.

Mobilium : Comment comptez-vous développer votre réseau ?
Philippe Louviot : Ce n’est pas le nombre d’adhérents qui fait la qualité d’un réseau. Il est important d’être cohérent dans ses choix. Nous allons ouvrir notre réseau à des constructeurs de maisons individuelles, à des cheministes, à des marques représentatives pour tenter de couvrir l’ensemble des univers de la maison. On pourrait regrouper 3 000 adhérents, mais ce n’est pas un but en soi. Nous cherchons avant tout à développer le réseau de façon solide et pérenne. Ce que nous voulons, c’est qu’il y ait en permanence de la communication dans le secteur de la maison et de l’ameublement. C’est grâce à cela que nous pourrons évoluer et développer notre chiffre d’affaires.

Une communication télévisée toujours plus ciblée  
Mobilium : Comment allez-vous communiquer cette année pour promouvoir le meuble ?
Philippe Louviot : L’année dernière notre campagne télévisée Changez de meubles avec ses spots humoristiques a eu un bon impact auprès du public. Cette année nous avons décidé de cibler notre audience en parrainant La maison France 5 présentée par Stéphane Thébaut avec un billboard avant et après l’émission. C’est un programme très regardé qui attire en moyenne 800 000 personnes. Choisir l’émission La maison France 5 nous a paru évident. Elle est en totale adéquation avec l’image que les professionnels de l’ameublement veulent faire passer auprès du public qui regarde l’émission. Ce sont des personnes intéressées par les meubles et l’univers de la maison. Cette campagne télévisée diffusera plus de 1 000 spots du 12 septembre au 5 janvier 2019. Nous serons également présents avec des spots sur LCI et BFM TV de du 12 septembre au 16 décembre prochains.

Mobilium : Lors de la soirée, vous avez conclu votre discours par un appel à vos adhérents. Comment comptez-vous mettre à profit votre synergie ?
Philippe Louviot : J’ai repris la citation de Descartes qui disait : « C’est proprement ne rien valoir que d’être utile à per­sonne. » Chaque maillon de la chaine de la chambre syndicale est important. J’ai fait cet appel, car il n’est jamais facile de faire bouger les groupes. Nous accompagnons et nous aidons, mais nous avons également besoin que l’on nous aide en retour. Il est important que nos adhérents qui nous font confiance soient acteurs de nos actions en les relayant sur leurs points de vente. Pour nous redynamiser, nous devons nous ouvrir à de nouvelles perspectives, voir au-delà de nos rangs. Aussi, nous invitons les acteurs de la maison individuelle et les autres branches de ce secteur à nous rejoindre. Nous pouvons travailler en synergie tous ensemble.