Imprimer

6 questions à Philippe Louviot

Écrit par Aïssatou BALDÉ on 1 septembre 2016. Posted in Fabricants 2016

Président de la CSA

Le nouveau Président de la Chambre Syndicale de l’Ameublement, Philippe Louviot, revient sur les raisons de sa candidature, son élection ainsi que les projets qu’il compte mener à bien durant son mandat.

20160831 csa-louviot

Mobilium : Monsieur Louviot, vous êtes l’ancien Président de Tiffany que vous avez créé puis revendu. Depuis, vous étiez à la tête de votre propre agence de communication qu’est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans cette nouvelle aventure ?
Philippe Louviot : Il est vrai que je n’aurais jamais pensé reprendre la direction d’un syndicat. On m’a fortement plébiscité pour ce poste, c’est en toute honnêteté ce qui m’a poussé à me présenter. Il m’a été proposé. Des collaborateurs sont venus avec cette proposition et m’ont expliqué que si j’avais un programme cohérent à proposer, je devrais tenter ma chance à la présidence. J’ai donc élaboré ce programme, bâti sur le thème de la promotion de l’ameublement décoration.

Mobilium : Comment cette idée de programme vous est-elle venue ?
P.L. : Le projet est né d’un constat simple : aujourd’hui, dans les médias, on ne parle jamais d’ameublement de décoration, mis à part de façon publicitaire. Il y a effectivement quelques émissions de déco, mais exception faite de celle de France 5 les émissions de déco sont de très mauvaise qualité et ne valorisent pas du tout les produits d’ameublement.

Mobilium : Qu’allez-vous mettre en œuvre pour répondre à cette problématique du manque de visibilité des métiers de l’ameublement ?
P.L. : Nous avons décidé de mettre en place une large campagne de communication. Notre projet était de réaliser une campagne comprenant des publicités télévisuelles ainsi qu’une campagne digitale. Un projet de 440 spots ainsi qu’un nouveau site internet. Nous avons signé des partenariats avec des fabricants tels que Celio, Mobalpa, Perene, Simmons, Ligne Roset et Cinna, mais également avec des acteurs de la distribution, comme Mobilier de France, Maison de la Literie, Univers du Sommeil. La plus grande partie de notre recrutement (230 magasins) a été faite avant  même que la campagne publicitaire n’ait été réalisée. Ces entreprises nous ont fait confiance. Il a été beaucoup plus facile par la suite de signer les 250 autres magasins une fois que la campagne de communication publicitaire a été lancée.

Mobilium : Vous avez donc près de 500 partenaires. Un chiffre important. Comment allez-vous mettre à profit ces collaborations, quelles sont vos ambitions ?
P.L. : C’est une importante synergie en effet. Cette configuration va nous permettre d’étoffer davantage notre stratégie de communication. Nous avons par exemple prévu de produire 1 030 spots publicitaires et d’effectuer une refonte complète du site internet pour l’année 2017. Nous souhaitons que le site web devienne la référence de la profession, avec un minimum mensuel de 500 000 contacts. Un travail qui va nécessiter d’importantes recherches avec beaucoup de mots clefs. De plus, un nouveau partenariat avec le groupe Lagardère permettra au secteur de la presse déco de produire du contenu médiatique de meilleure qualité, en faisant mieux parler les principaux concernés, aussi bien des fabricants que des distributeurs.

Mobilium : Qu’est-ce qui vous distingue des syndicats existants ?
P.L. : Nous ne sommes pas en concurrence avec les organismes existants, nous sommes complémentaires. J’aime à dire que la CSA est un trait d’union entre les fabricants et les négociants. J’estime que nous avons le même objectif, qui est de dynamiser le secteur dans lequel nous travaillons. J’ai choisi de privilégier la communication pour faire connaître le meuble c’est un parti pris. Mais nous ne sommes pas là pour vider l’un ou l’autre syndicat ce n’est pas notre souci. Les gens ne sont absolument pas obligés de devenir adhérents chez nous pour mettre en place un partenariat.

Mobilium : Serez-vous présent à Esprit Meuble ?
P.L. : Bien sûr, nous ne pouvons pas rater cet événement.

Propos recueillis par Aïssatou Baldé

20160826 partager