20190116 iffs1920190131 miff

Imprimer

Éco-mobilier

on 12 juillet 2013. Posted in Ecotendances 2013

weisman3,34 euros hors-taxe le matelas

Tel est le montant de l’eco-participation hors taxe applicable sur un matelas de plus de 120 cm de large depuis le 1er mai. Ce montant est payé par le consommateur et s’applique à l’identique de la facturation du producteur à celle du distributeur sans supporter de marge. C’est la « visible fee ». Elle sert à recycler et à valoriser des produits qui jusqu’à présent étaient enfouis (100 kg par an pour une famille de 4 personnes). Présentation réalisée par Eric Weisman, Directeur du développement d’Eco-mobilier.


Eric Weisman, Directeur du développement.


ecomobLes actionnaires d’Eco-mobilier : 12 distributeurs et 12 fabricants.



Eco-mobilier est en place depuis le 1er janvier 2012. Il a reçu son agrément le 1er janvier 2013. Depuis le 1er mai, tous les produits mis en marché supportent l’éco-participation. A noter que toute la France au sens large est concernée y compris les territoires, départements ou régions d’outre-mer.  A terme, le coût de la filière a été estimé à environ 300 millions d’euros HT sur un marché global de plus de 8 milliards HT, soit environ 3,5 % du CA total du marché du meuble.

chevalet


Le chevalet de présentation.
R° : Le manifeste des professionnels de l’ameublement.
V° : Les 5 point essentiels de l’éco-participation.
Format 16 x 29,6 cm.


Tous sont concernés

Qui est concerné ? Les distributeurs pour les marques de distribution, les distributeurs en tant qu’importateurs, les fabricants français ou ceux qui vendent en France au travers d’une structure immatriculée en France, les vendeurs à distance mettant des meubles en marché en France, tous sont soumis à l’éco-participation et doivent la mettre en place, la facturer à leur client. Comme la filière bénéficie d’une « visible fee », elle sera identique d’un bout à l’autre de la chaîne : 3,34 euros HT sur un matelas de plus de 120 de large, quelques soit le matelas. Elle est donc détachée du prix et sera identique pour tous. A noter qu’à terme, lorsque la filière montera en puissance, le coût pourra grimper également. Certains fabricants se plaignent de ce barème unique arguant que leur propre démarche environnementale n’ait pas été prise en compte. « Il valait mieux privilégier la simplicité au démarrage », répond Eric Weisman. « Pour autant, avec l’éco-modulation du barème qui sera mise en place à partir de 2015, Eco-mobilier prendra en compte les qualités environnementales des produits ». Tous les meubles sont concernés. Pour eux, le barème est établi par tranche de poids. Là encore des fabricants se plaignent que les prix soient identiques quels que soient les matériaux utilisés. Notre interlocuteur précise que de nombreux meubles sont composés de plusieurs matériaux et qu’à nouveau, il faut privilégier la simplicité au démarrage. « Lors des évolutions du barème, et à partir de 2015, la prise en compte des coûts liés au recyclage pourra amener des variations dans les éco-participations entre les meubles, en fonction des matériaux ».   L’Eco Participation doit être indiquée sur les produits en magasin, sur les catalogues et sur le web. Cela représente 3 lignes : le prix du produit, l’éco-participation, le prix total. « Il est très important de procéder ainsi » souligne Wolf Stoplner, Président de l’APL, « Car sinon, à terme, l’Eco-participation risque d’être intégrée dans le prix de vente et alors ce sont nos marges qui en pâtiraient ».

vitrophanie


La vitrophanie partenaire
Eco-mobilier. Diamètre 15 cm.


Engagez-vous, engagez-vous

Pas question, pour l’un des acteurs de la filière de dire qu’il n’était pas au courant. Si un professionnel se réveille, par exemple 6 mois plus tard, il devra payer les 6 mois qu’il a « omis ». Il vaut donc mieux mettre en place le dispositif tout de suite. Ne croyez pas que les fabricants étrangers soient exclus. Ce sont leur importateurs ou leurs distributeurs qui seront considérés comme des metteurs sur le marché et, à ce titre, devront s’acquitter de l’éco-participation. Aucun produit n’est exclu quelle que soit sa provenance. A partir de la mise en place de la filière un registre de producteurs sera créé. Cela signifie que l’ensemble des adhérents à la filière sera recensé de façon publique. Donc ceux qui ne sont pas adhérents seront aussi, de façon publique, repérables. Avis aux amateurs… La procédure d’adhésion est sim­ple, elle prend 8 minutes sur Internet. Il suffit de s’enregistrer par le site internet d’Eco-Mobilier, bouton Adhésion.

site


Le nouveau site Internet adapté à tous les
supports : PC, tablettes & smartphones.


Financer 20 ans de stock ancien

L’éco-participation ne peut, en aucun cas, constituer un élément de différenciation, ni concurrentiel entre distributeurs. Elle ne peut pas non plus faire l’objet d’une promotion, ni d’une discussion avec le consommateur où le point de vente offrirait le montant de l’Eco-participation. La loi de finances est très claire sur ce sujet, c’est interdit ! L’objectif est qu’elle soit payée par le consommateur. Il faut en effet, financer la collecte, le tri et le recyclage d’un stock historique de meubles et de literie mis sur le marché depuis de nombreuses années, jusqu’à 15 ou 20 ans pour certains produits. Une fois, le stock historique traité, la question de la « visible fee » pourra se poser. Cependant, l’expérience récente des D3E, pour lesquelles la visible fee, qui existe depuis le démarrage de la filière, en 2006, a été une nouvelle fois prolongée jusqu’en 2020, montre que ce stock historique met souvent plus de temps à être collecté et traité qu’on ne l’imagine. Pour le démarrage, Eco-mobilier a privilégié la simplicité, même s’il est évident que certains matelas s’avèreront plus facilement recyclables que d’autres. Avec le temps tous ces éléments pourront être affinés. Dans le prochain barème qui sera transmis aux adhérents en juillet 2014 pour une application au 1er janvier 2015, l’eco organisme pourra prendre en compte les différences de matériaux et/ou de technologie et proposer un barème éco-modulé.

Les moyens d’information

Désormais le site internet d’eco-Mobilier passe sur un mode grand public. On peut y entrer par le meuble neuf, pour connaître les modalités d’adhésion et de déclaration ou encore pour tout savoir sur l’éco-participation ou l’éco-conception. On peut aussi s’intéresser aux solutions proposées pour les meubles usagés et découvrir les modalités de collecte ou de traitement de ces éléments ou identifier comment faire un don à une association pour privilégier le réemploi. Les consommateurs ignorent que 4 à 5 millions de matelas sont enfouis cha­que année et qu’ils mettent entre 150 et 200 ans pour se dégrader. Il va falloir changer tout cela pour véritablement recycler les produits. Il doit savoir que lorsqu’il jettera une table, tel un bon chef qui sait accommoder les restes en cuisine, Eco-Mobilier saura en faire du bois pour un autre meuble etc. Désormais, il sera plus facile de prévoir le devenir de la chambre d’enfant que celui de l’enfant lui-même ! Ces sites renseigneront également le consommateur sur le devenir des sommes ainsi récupérées. Pour les distributeurs, Eco-mobilier fournit des kits de formation pour leurs vendeurs et leurs formateurs. Il s’agit d’un dépliant accordéon de 8 faces qui expliquera les éléments du barème, en toute transparence. Pour les obtenir rien de plus simple, il suffit de les demander sur Internet. Tous ont dû les recevoir depuis la fin du mois d’avril. Les fabricants et leur représentant aident également à la diffusion de ces kits. Mais comment faire pour que chacun point de vente n’en reçoivent pas plusieurs ?  Simple, chaque magasin sera enregistré sur une plate-forme internet « Altavia » et donc il ne pourra pas y avoir de doublon. Reste la signalisation en point de vente. Chacun reçoit une vitrophanie qui devra être mise à l’entrée et qui signale le partenariat du point de vente avec Eco-mobilier. Ensuite un chevalet de présentation expliquera très simplement en 5 phrases les raisons de l’éco-participation : le bénéfice environnemental, la mise en place des filières de traitement, l’organisation de la collecte. Par ailleurs, quelques outils permettant au consommateur de bien comprendre que l’éco-participation s’applique sur tous les éléments d’ameublement facturé depuis le 1er mai,  seront mis à disposition à proximité des caisses. Enfin, des posters par univers seront à la disposition du point de vente. Eco-Mobilier a mis en place un plan de communication classique dans la presse professionnelle, régionale etc. Un petit film expliquant le pourquoi de cette filière et son fonctionnement est accessible sur le site d’Eco-mobilier, et sur les plateformes Dailymotion et YouTube. Chaque fabricant et distributeur peut le reprendre sur son site. Fabricants et distributeurs peuvent également faire passer des messages sur les réseaux sociaux

Reprise, oui mais...

Mais attention, le prix de l’eco-participation ne paie pas la reprise. Les distributeurs n’ont donc pas d’obligations. Toutefois, nul doute que le consommateur va le demander puisqu’il en a pris l’habitude avec l’électroménager. Si les distributeurs se dotent de la logistique nécessaire, Eco-mobilier les aidera en installant des bennes de collecte pour récupérer les meubles, les matelas… Les distributeurs pourront également accéder à des déchetteries privées, en contrat avec Eco-mobilier. Elles les accueilleront gratuitement. Si plusieurs distributeurs ont le même prestataire, Eco-Mobilier peut les aider à mutualiser les modalités de collecte. Pour les distributeurs, la mise en place de ces solutions de collecte se fera durant le courant de l’été 2013. La mise en place des accords avec les déchetteries publics prendra plus de temps, sans doute entre 3 et 5 ans. Pourquoi un tel délai ? Notamment pour absorber les coûts car plus le nombre de collectivités qui demandent à Eco-Mobilier de récupérer les déchets, plus le coût est élevé et plus l’Eco-participation grimpe.

Le recyclage

A noter qu’Eco-Mobilier est responsable de la collecte et du recyclage de toutes les literies aussi bien ménagères que professionnelles. Éco-Mobilier ne sera pas lui-même industriel du recyclage, mais il sera donneur d’ordre. L’appel d’offres auprès des prestataires est en cours. Les attributaires des marchés, pour la collecte des meubles et pour leur traitement, seront connus en juillet. Ensuite, ces marchés vont se mettre en place progressivement, dans les différents territoires concernés. Pour la literie ou les rembourrés, qui sont des filières émergentes, les expérimentations qui ont démarré ont donné des résultats prometteurs. Au fur et à mesure de l’avancement de ses travaux, Eco-Mobilier s’engage à communiquer les résultats.

Marie-José Nicol