20180122 ecomobilier1

En bref...

Imprimer

TDI Lupranate T 80 A, kézako ?...

Écrit par Emeline LATT. Posted in En bref...

20171023 lupranate1De la (mauvaise) mousse dans la literie

La nouvelle circule, depuis quelques jours maintenant. Des produits à base de mousse « défectueuse », fabriquée entre le 25 août et le 29 septembre 2017, auraient été commercialisés. En cause, un composant : le TDI Lupranate T 80 A. Le chimiste allemand BASF aurait déclaré la présence d’impuretés non conformes, dans ses lots de fabrication, suite à l’utilisation de ce composant. Ce dernier affirmait par la suite, être toujours en phase de tests et descendre la chaîne de ses clients mousseurs et industriels, afin d’évaluer le degré de nocivité des produits concernés. Si le chimiste parle d’« erreur de dosage », les acteurs de la Literie et du Meuble, eux, dénoncent un manque de réactivité quant à la réalité des risques.

20171023 lupranate

Que s’est-il passé ?
Pour comprendre ce qu’il s’est passé, revenons au début de ce mois d’octobre, quand le chimiste allemand, BASF, annonçait à ses clients mousseurs — parmi lesquels Carpenter et Recticel— via un communiqué, un « problème » dans le processus de fabrication de ses mousses. Un problème de dosage non conforme à ses critères de qualité. L’anomalie aurait été rapidement relayée par ces mêmes clients, auprès de fabricants de matelas et de sièges rembourrés, qui auraient immédiatement cessé tout ou partie des lignes de production concernées. À ce jour, aucun communiqué officiel n’a été diffusé. Les quelques explications obtenues auraient été données par Marc Petat, Directeur du Développement durable, au sein de la filiale française de BASF. Une attitude qui semble déplaire aux acteurs de la profession, qui soulignent une certaine « absence de réactivité » et un « transfert de responsabilités », sans parler de l’impact que cet incident pourrait avoir sur les ventes.

Les mesures mises en place
La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) a confirmé à la FNAEM la nécessité d’assurer la traçabilité des literies et canapés, susceptibles d’être concernés par ce défaut de conformité. La FNAEM a donc demandé, via L’Ameublement Français, aux acteurs français de la Literie de fournir aux distributeurs une liste détaillée des produits concernés, avec leurs références et leurs dates de livraison. Les distributeurs ont été invités à faire de même auprès de leurs fournisseurs étrangers de literie et non rembourrés. Il estégalement conseillé de conserver les codes-barres fabricants des literies et canapés, vendus ou livrés depuis le 25 août, ainsi que l’identité des clients ayant acheté ces produits.

L’activité reprend
Les sites de production, notamment celui d’Adova, ont repris, petit à petit, leur activité. Les mousses défectueuses ont été mises de côté, des approvisionnements conformes ayant été trouvés chez des fournisseurs, concurrents de BASF. Selon l’industriel, les clients distributeurs pourront être livrés dans les prochains jours. Les fabricants qui ont relancé leur production informent, ou informeront, directement leur clientèle en précisant les précautions prises et, le cas échéant, les délais de livraison supplémentaires qui découleront de l’interruption involontaire de leur production. L’activité reprend donc, malgré tout, jusqu’à ce que le degré de nocivité du TDI Lupranate T 80 A soit évalué, et que les mesures nécessaires soient prises. 

20151123 dossier-enseignes1